Vu par ZibelineShakespeare toujours actuel grâce à Alexis Moati et Pierre Laneyrie

Hamlet à la croisée des mondes

• 26 novembre 2019⇒29 novembre 2019, 13 décembre 2019 •
Shakespeare toujours actuel grâce à Alexis Moati et Pierre Laneyrie  - Zibeline

Alexis Moati et Pierre Laneyrie mettent en scène Hamlet de Shakespeare et en donnent une lecture nouvelle, au plus près de la langue et des spectateurs.

Zibeline : Pourquoi montez-vous Hamlet aujourd’hui ?

Alexis Moati : Nous travaillons depuis un certain temps sur l’écriture classique : nous avons monté Le Malade imaginaire, L’Avare, puis Le Misanthrope, en confrontant notre écriture personnelle, celle des acteurs, avec l’écriture de Molière. C’est en travaillant sur Le Misanthrope que les problématiques et l’écriture de Shakespeare nous ont fait de l’œil.

En tant qu’acteur, et metteur en scène, on est toujours un peu impressionné par Shakespeare, d’abord parce que ce n’est pas notre langue, c’est une traduction, ensuite parce que c’est l’auteur de théâtre absolu, celui qui mélange la grande histoire à la petite, à l’intime… Et puis on avait aussi envie de sortir d’une logique de théâtre de situation et d’aller vers une autre écriture.

Quels échos trouvez-vous dans ce texte ?

Les questionnements d’Hamlet font écho au travail que nous développons depuis quelques années au sein de la compagnie Vol Plané : de par la crise familiale que traverse le personnage principal, même si dans la pièce il a 30 ans, et parce qu’il est question d’un nouveau et d’un ancien monde. Hamlet pourrait être le sacrifié d’une fin d’époque. Il est à la croisée de ces deux mondes, celui de son père et celui dont il est à la proue, incertain. Pour moi qui suis né au XXe siècle, il y a dans le rétroviseur une espèce de logique qui est quelque fois surprenante, face à un monde qui arrive et qu’on ne comprend pas.

Et puis ce qui me touche dans cette pièce c’est cette langue où chaque monologue est quasiment un poème. L’enjeu était pour moi de transmettre ça à un public jeune, pour montrer qu’elle est action et à quel point elle est belle.

Gardez-vous le texte intact, ou y a-t-il une réécriture de votre part ?

La première interrogation qu’on a quand on monte un auteur étranger c’est la traduction. On a délibérément choisi la langue la plus poétique, qui est celle d’Yves Bonnefoy, celle qui pour nous a le plus de souffle, de cohérence, et qui est concrète. Et puis c’est une pièce chaotique, traversée par un souffle épique formidable. Pour rendre de la chair à cette langue on monte la pièce sans décors ni costumes, en jouant quasiment parmi les spectateurs, dans un carré de cinq mètres, pour qu’elle prenne corps à l’intérieur d’une assemblée, sans avoir à proférer ou théâtraliser à outrance.

Dans notre adaptation l’histoire géopolitique de l’époque est présente mais de façon moindre que dans la pièce originale, en revanche on a gardé le cercle familial et on a dégagé quatre axes qui nous semblaient les plus ouverts et les plus représentatifs, la famille, l’amitié, l’amour et la vengeance, en se disant qu’on avait envie, déjà, de raconter l’histoire.

Le public, qui se retrouve donc au plus près de votre jeu, a-t-il un rôle à jour dans la pièce ?

On part avec lui. On part du concret, en enlevant toute convention dès le départ, y compris celle du personnage. C’est une histoire de roi, de prince, de château, de spectre, on est dans une configuration assez enfantine qui est pour moi primordiale au théâtre, quand on se met se met des chiffons sur la tête pour jouer des rois et des reines. C’est une simplicité qu’on essaie de retrouver, qui fait tout accepter, en faisant confiance au public et à son intelligence pour ne pas être dans quelque chose de trop illustratif, ou composé. Retrouver la puissance par la langue, voilà ce qui nous anime.

Propos recueillis par DOMINIQUE MARÇON
Novembre 2019

À venir
26 au 29 novembre
Le Zef, Marseille
04 91 11 19 20 lezef.org

13 décembre
Théâtre Le Sémaphore, Port-de-Bouc
04 42 06 39 09 theatre-semaphore-portdebouc.com

Photographie © X-D.R.

Théâtre le Sémaphore
Centre Culturel
rue Turenne
13110 Port-de-Bouc
04 42 06 39 09
www.theatre-semaphore