La Criée inaugure ses bâtiments remis à neuf pour une saison «de résistance par la réjouissance»

Hall nouveau

• 19 septembre 2015 •
La Criée inaugure ses bâtiments remis à neuf pour une saison «de résistance par la réjouissance» - Zibeline

La Criée revient chez elle ! Et invite son public à découvrir son grand Hall métamorphosé, ses coulisses, ses plateaux, lors d’une visite exhaustive en compagnie des architectes de l’agence Wilmotte. Cette «mise à feu» de la saison aura lieu le 19 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine.

Macha Makeïeff entend ouvrir son théâtre sur la cité, en faire un lieu de défense contre les sectarismes, et plus précisément «de résistance par la réjouissance». Cela passera par des thèmes forts qui irrigueront la programmation 2015-2016, dont elle «apprécie l’insolence» : les femmes, les bêtes… Femmes, et noires notamment, avec la dramaturge afropéenne Eva Doumbia, prête à envahir La Criée. Lors de la conférence de presse d’annonce de saison, on sentait aussi le plaisir de Macha Makeïeff à retrouver Molière, celui désabusé, un peu abandonné, «probablement paranoïaque» des Femmes savantes, deux ans avant sa mort ; sa mise en scène entend révéler la «violence inouïe des discours misogynes». En ce qui concerne le monde animal, on ne manquera pas le magnifique Light Bird de Marilén Iglesias-Breuker et Luc Petton, chorégraphie associant danseurs et grues de Mandchourie… Ou la Journée des Bêtes, débat autour de la question animale sous ses aspects éthiques, écologiques et juridiques.

Ayant pris goût au nomadisme, pendant les mois où le théâtre était en travaux, l’équipe de La Criée poursuit ses collaborations hors-les-murs, et creuse les partenariats noués à cette occasion. Ainsi naîtra au printemps une coproduction avec La Friche, Transsibérien je suis, spectacle de Philippe Fenwick. La 2e édition du festival jeunesse En Ribambelles !, conçu avec le théâtre Massalia, se déroulera cet automne sur les deux lieux. Autre type de rapprochement : Macha Makeïeff souhaite mettre en place une collaboration avec Olivier Py, offrant La Criée comme «salle d’écho de ce qui se passe à Avignon». Elle programme par ailleurs son Roi Lear, vu cet été dans la Cour d’honneur du Palais des Papes (à lire sur https://www.journalzibeline.fr//critique/py-pere-severe/)

Convaincue qu’on est un «meilleur spectateur de théâtre quand on a entendu les grands artistes de la scène musicale», la directrice accueillera notamment les pianistes Alexandre Tharaud, Caroline Sageman et Gabriela Ungureanu, un Crocodile Trompeur inspiré du Didon et Énée de Henry Purcell, une Cantate policière, intrigante création de l’Ensemble Musicatreize, sans parler de La Folle Criée Russe, deux jours de musique en continu. (Lire https://www.journalzibeline.fr//programme/la-criee-en-musique/)

Notons enfin deux fils de trame dans cette programmation : le conte, et l’audiovisuel. Gilles Bizouerne, Gigi Bigot, Lamine Diagne, Magda Lena Gorska et un Marathon du merveilleux prévu dès 18 mois pour les arts du récit, la 2e édition du Festi-Life Festival (manifestation internationale consacrée au court métrage sur le handicap) et LaCriéeToutCourt#4 pour le cinéma.

GAËLLE CLOAREC
Septembre 2015

Photo : Trissotin-ou-Les-Femmes-Savantes-c-LoLL-WILLEMS

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/