Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Programme riche et varié pour une saison résistante au Toursky à Marseille

Fraternellement éclectique

Programme riche et varié pour une saison résistante au Toursky à Marseille - Zibeline

La saison nouvelle du Toursky s’inscrit sous le signe de l’inquiétude et de la résistance

Inquiétude soulignée par Richard Martin, directeur de ce théâtre situé « dans le quartier le plus pauvre d’Europe », quant à la montée des obscurantismes, mais aussi à l’avenir de sa petite salle Léo Ferré ; résistance, par une programmation éclectique qui convoque le monde, un abonnement solidaire (à l’instar des cafés suspendus) et, nouveauté, des ateliers de théâtre.

La saison s’articule en temps forts, étapes autour du monde avec l’incontournable Festival russe qui propose cette année (mars 2017), du cirque, de la danse, du théâtre, du piano classique, du jazz et du cinéma, et bien sûr ses cabarets (Le temps des fleurs !) ; une semaine nouvelle qui s’échappe du vieux continent et de la Méditerranée, pour une exploration du Mexique, cinématographique, chantée, goûtée (Show gastronomique), interrogée (conférence d’Yvan Romero, ex-consul honoraire du Mexique à Marseille, L’art Mexicain en résistance) ; destinations multiples par la vertu des six cordes de la guitare en cinq concerts de haute volée (de Tomasi à l’Espagne, en passant par les jeunes talents, et les géants que sont Jérémy Jouve et Gaëlle Solal).

Plus de Mai-diterranée, mais le flamenco d’Ana Perez et Moïses Navarro, et les grands poètes arabes du XIe au XXe mis en musique et interprétés par Souad Massi. Car poésie et chant rythment l’année, avec la venue de Juliette Greco pour sa tournée d’adieu ; les regards poétiques croisés de Michael Lonsdale et Richard Martin, (entre l’athée et le mystique) ; le bouleversant hommage au Niño Lorca par Christina Rosmini qui avait triomphé la saison dernière ; l’insurrection poétique Depuis William Shakespeare de Victor Hugo (Laurent Schuh) ; le jazz-world explosif du trio Nafas (Ahmad Compaoré, Fred Pichot, Sylvain Terminiello) ; les élans lyriques non dénués d’excentricité de la soprano Patricia Petibon ; le parfum tzigane des Yeux noirs (Erik Slabiak), le piano « tout noir » de Romain Didier,les nocturnes poétiques de Christian Donati, la comédie musicale Les Franglaises… mais aussi le bel échange épistolaire entre Apollinaire et Madeleine Pagès (Et l’acier s’envole aussi, Cie du Maquis), et Thank you Ferré par Richard Martin et Didier Lockwood.

Ajoutez la danse contemporaine de Jean-Charles Gil et le Ballet d’Europe, de Salia Sanou et Emanuel Job avec la Clameur des arènes, l’humour de Festi-Femmes, des performances seul-en-scène de Christophe Alévêque, Edmonde Franchi, Philippe Caubère, Pierre Arditi, Daniel Colas, Rufus, Bernard Pivot, les pièces de théâtre, la fantaisie de Philippe Genty, huit créations dont celle d’Ivan Romeuf… Pléthore, on vous disait, et éclectisme !

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2016

Le Toursky, Marseille

Le Bac 68 – Philippe Caubère © Arnold Jerocki


Théâtre Toursky
16 Promenade Léo Ferré
13003 Marseille
04 91 02 58 35
http://www.toursky.fr/