Les amoureux des mots sont conviés au festival la Fureur de dire, à Veynes

Expression libre

• 23 octobre 2020⇒24 octobre 2020 •
Les amoureux des mots sont  conviés au festival la Fureur de dire, à Veynes - Zibeline

Bien plus qu’un festival des arts de la parole, la Fureur de dire réunit tous les amoureux des mots, explorateurs de tous âges de la parole, du langage, de l’écrit au chant en passant par l’image. Sur le territoire de la vallée du Buëch, où est implantée la Cie Le Pas de l’Oiseau dirigée par Laurent Eyraud-Chaume et Amélie Chamoux et à l’origine de la manifestation, toutes les énergies se fédèrent pour faire de ce rendez-vous une grande fête de l’expression sous toutes ses formes. À commencer par les stages, pour ados, enfants accompagnés de leurs parents, et adultes, dont certains commencent en amont : création d’un court-métrage, de l’écriture du scénario jusqu’à la projection, avec le photographe et réalisateur Rémi Petit (du 19 au 22 octobre de 10h à 16h, pour les 12 à 17 ans) ; création de marionnettes avec l’équipe de la Cie La Mécanique du Fluide (22 de 14h à 17h, en famille). Les adultes (et jeunes à partir de 16 ans) pourront explorer leur voix avec Marc Koulischer, du groupe vocal Mikado (24 de 9h à 12h), et tenter l’écriture avec Liliane Raison (24 de 9h à 12h). 

Du côté des spectacles aussi, l’expression sera plurielle : pour les plus jeunes (dès 6 ans), la Cie La Bouillonnante plonge dans l’univers de Luis Sepulveda pour raconter l’Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler, en musique et en images, et c’est accompagné d’une intrigante marionnette que la Mécanique du Fluide les embarquera dans les rêves les plus fous qu’il faut avoir l’audace de faire vivre (Vole). Pour les plus grands, dès 14 ans, il sera question de se questionner sur le vivre ensemble avec Les pieds tanqués de L’Artscénicum Théâtre, où, lors d’une partie de pétanque enlevée, vont se révéler les blessures secrètes qui lient quatre joueurs d’apparence très éloignées avec la guerre d’Algérie ; Rachid Bouali incarne dans Sans laisser de traces des corps d’exilés en proie à des migrations forcées, traversant frontières et territoires pour retrouver un peu d’humanité.

Enfin la musique sera bien présente, avec les concerts de Coureurs de rimes et son hip hop aux textes ciselés, la pop savoureuse de Colombe de la Cie veynoise Dernière minute, et la chanson burlesque des Fouteurs de joie qui portent bien leur nom !

DOMINIQUE MARÇON
Octobre 2020

Fureur de dire
23 & 24 octobre
Divers lieux, Veynes
04 92 51 41 05 lepasdeloiseau.fr 

Photo : Sans laisser de trace, Rachid Bouali © Fabien Debrabandere