Interactions entre vivants et morts, avec la philosophe Vinciane Despret, en conférence à Marseille le 21 avril

Être ou non-être

• 21 avril 2018 •
Interactions entre vivants et morts, avec la philosophe Vinciane Despret, en conférence à Marseille le 21 avril - Zibeline

Vinciane Despret enseigne à l’Université de Liège et l’Université Libre de Bruxelles. Sa spécialité est l’éthologie, science des comportements des espèces animales dans leur milieu naturel, mais elle peut au choix porter aussi les casquettes d’anthropologue, psychologue ou philosophe. C’est avec cette dernière qu’elle se déplacera à l’orée du printemps à Marseille, pour intervenir dans le cadre du cycle de conférences animé par Opera Mundi, Le vivant dans tous ses états. Le Frac Paca l’accueillera le 21 avril, pour une rencontre en entrée libre -mais la réservation est conseillée- suivie comme c’est désormais l’usage d’un Apéro Mundi, poursuite des échanges avec le public autour d’un verre.

Proche d’Isabelle Stengers (qui avait répondu à l’invitation d’Opera Mundi en 2016, lire notre article Choisir ses histoires) et de Bruno Latour (qui sera présent pour conclure le programme de cette année, en mai à La Criée), ses travaux portent actuellement sur la relation de nos sociétés avec la mort. Le titre de son intervention semble avoir des effluves taoïstes : De quelques brèches dans l’opposition de l’être et du non-être. Mais Vinciane Despret cite en fait l’anthropologue Maurice Bloch, qui creusait dans les années 1990 l’aspect non étanche de la vie et de la mort. Car bien des gens cultivent des liens avec leurs disparus, à travers rituels et évocations. Elle-même s’intéresse aux pratiques contemporaines, influencées notamment par le numérique : certains prolongent l’abonnement téléphonique de leur compagnon décédé pour pouvoir entendre sa voix sur le répondeur, le prestigieux Massachusetts Institute of Technology étudie à Boston des « chatbot d’éternité augmentée » afin de continuer le dialogue, et les morts seront bientôt plus nombreux sur Facebook que les vivants. On peut encore écrire sur leur mur et fêter leur anniversaire.

Une façon d’investir ou de repousser le travail de deuil, auquel nul n’échappe sans dommages.

GAËLLE CLOAREC
Avril 2018

21 avril
Opera Mundi, Marseille
07 82 41 11 84
opera-mundi.org

Photo : Vinciane Despret @ Daniel Renou


FRAC PACA
20 Boulevard de Dunkerque
13002 Marseille
04 91 91 27 55
http://www.fracpaca.org/