Entretien avec Élodie Presles, directrice du Théâtre Durance à Château-Arnoux-Saint-Auban

Être héritiers

Entretien avec Élodie Presles, directrice du Théâtre Durance à Château-Arnoux-Saint-Auban - Zibeline

La saison du théâtre Durance, à Château-Arnoux-Saint-Auban, se dessine cette année autour du thème « Quel héritage ». Élodie Presles, sa directrice, nous en évoque les grandes lignes et orientations.

Zibeline : Comment s’appréhende une saison ?

Élodie Presles : Une saison, c’est d’abord un ensemble de choix esthétiques et émotionnels, puis le fil conducteur se dessine tout seul. Nous ne sommes pas un lieu « hors-sol », mais faisons partie intégrante du territoire, si bien que l’interrogation posée par notre exergue de l’année est devenue évidente. De quel héritage sommes-nous dépositaires, et qu’allons-nous léguer ? Les artistes se sont emparés de la question. Il ne s’agit pas pour autant d’apporter des réponses catégoriques et définitives ! Le théâtre Durance est un moyen pour construire un regard qui comprenne mieux le monde. En être acteur plutôt que le subir… L’art nous met en connexion permanente avec ce qui nous entoure. Éducation artistique et action culturelle sont essentielles dans notre démarche, et se tissent des projets forts avec nos partenaires institutionnels et autres. Ainsi, tout un travail est mené avec divers réseaux culturels, La Tribu, Traverses, Tridanse…

Vous dites « nous »…

Bien sûr, l’équipe des dix permanents du théâtre participe à part entière dans les choix, et l’élaboration des projets, et l’on espère s’étoffer de deux postes supplémentaires, l’un à l’accueil et la communication, l’autre à la technique, afin d’accueillir davantage de compagnies et de proposer de plus larges créneaux d’enregistrement (nous bénéficions d’un studio d’une grande qualité). D’autre part, je ne peux que saluer les bénévoles qui tout au long de la saison, accueillent et accompagnent les spectateurs.

Ces spectateurs sont choyés…

Ouvert sur le monde le théâtre est un lieu de partage et de transmission. À l’initiative de l’Association Théâtre Durance est né un Atelier du spectateur qui invite ceux qui le souhaitent à aller plus loin que la seule représentation. Avec La Petite Fabrique (moments de rencontres avec les artistes et l’équipe du théâtre, ndlr), on découvre tout ce qui se passe autour des représentations.

Vous évoquez là les résidences et les artistes associés…

En résidence cette saison, cinq compagnies aiguiseront leur réflexion : Full Gop (Pierre-Benjamin Nantel et Octave Courtin), Cie F (Arthur Perole), Cie HKC (Anne Rehbinder & Antoine Colnot), Ottilie [B], SKAPPA ! & associés (Paolo Cardona et Fabrizio Cenci). Les artistes restent entre une semaine et une quinzaine de jours, voire davantage, et partagent leurs expériences avec le public. Le compositeur associé pour les trois saisons à venir est Bruno Allary, fondateur de la Compagnie Rassegna. En novembre, il donnera son concert Il Sole non si muove dont le CD a été enregistré à Durance…

Tradition et nouveautés aussi dans la programmation ?

À une saison éclectique, qui propose danse, musiques, théâtre, cirque et conférence, s’ajoutent Les Échappées, qui reçoivent une adhésion très forte du public, dans des espaces simples (hors les murs), et suscitent des rencontres émouvantes. Nous gardons aussi nos « aller-retour » à Gap en relation avec la programmation du théâtre La Passerelle. Une nouveauté va tester la confiance du public : les mardis surprise. On ignorera jusqu’au bout le nom du spectacle l’on va voir. Un vrai pari ! La seule certitude étant la qualité.

Le théâtre Durance est une scène conventionnée d’intérêt national « Art et Création », un pôle régional de développement culturel… scène nationale bientôt ?

Le théâtre Durance occupe une place exceptionnelle dans un espace rural. Il est soutenu par tous ses partenaires, toutes tendances confondues. Programmation et action culturelle sont tissées intimement avec le territoire, toujours dans l’écoute, le partage, et une réflexion sur ce travail ensemble en essayant toujours de déterminer s’il est juste et approprié. En effet, le label scène nationale nous conforterait dans cette démarche, et serait une reconnaissance de l’énorme travail accompli.

Propos recueillis par MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2019

Au programme :

La danse de Michel Kelemenis, d’Angelin Preljocaj ou de Farid Berki ; le théâtre d’Emmanuel Meirieu, de Vertical Détour, des Cies Pirenopolis, Sens Ascensionnels, La Paloma, SNAUT, Alula, Crossroad, Voix Off, L’Habeas Corpus et le Théâtre National Wallonie-Bruxelles ; le cirque de la Cie Chant de Balles, Ockham’s Razor, MPTA (M. Bolze), Libertivore et La Mondiale Générale ; la musique de la Cie Rassegna, de BOT (Ramkoers), de Samy Thiebault (Caribbean Stories), de Chassol (Big Sun).

Photo : Élodie Presles © TD


Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/