Tournée automnale hors les murs des films de l'Acid

Escale cannoise à Marseille

• 8 octobre 2020⇒11 octobre 2020 •
Tournée automnale hors les murs des films de l'Acid - Zibeline

L’annulation du Festival de Cannes au printemps a contraint les professionnels à imaginer des dispositifs pour sauver les films et les faire vivre en salles.

L’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) dans l’impossibilité de montrer sur la Croisette comme chaque année les 9 longs métrages sélectionnés au préalable par un jury de cinéastes, et pour répondre à sa mission d’accompagnement des films d’auteurs, a organisé une tournée automnale hors les murs. Neuf étapes (Paris-Lyon-Marseille-Porto-Vecchio-Montreuil-Malakov-Nantes-Lisbonne-Belgrade) et lors de chacune, quelques jours pour découvrir la sélection intégrale.

Pour Marseille, ce sera du 8 au 11 octobre à La Baleine et au Gyptis, avec à la clé des rencontres avec les réalisateurs.

Le programme s’équilibre entre fictions et documentaires, réalisatrices et réalisateurs et fait résonner des rêves de jeunesse. Ainsi, Les Affluents de Jessé Miceli (Cambodge/France) présenté en partenariat avec Image de Ville, croise les itinéraires de trois jeunes Cambodgiens partis construire leur vie dans les turbulences des mutations du monde, en tuk tuk, auto, moto. Walden de Bojena Horackova (Lituanie) suit le retour à Vilnius de Jana, en quête de son premier amour, 30 ans après la chute du Bloc soviétique, et chronique les espoirs de la jeunesse d’alors. Il mio Corpo de Michele Pennetta (Italie/Suisse) met en scène sous le soleil brûlant de Sicile, miroir de l’Europe, la rencontre entre un ado de 15 ans, Oscar qui aide son père ferrailleur, et Stanley, un jeune migrant nigérian en attente de régularisation. Tous deux unis par un désir d’émancipation. Loin de vous j’ai grandi de Marie Dumora (France), éclaire aussi l’amitié entre deux garçons Nicoleas et Saef qui vivent en foyer et montre leur difficulté à trouver leur place. Quant au film de Nathan Nicholovitch, Les graines qu’on sème (partenariat FID Marseille), initié au sein d’un atelier de cinéma, il nous conduit dans un lycée de la banlieue parisienne, juste après la mise en garde à vue de six élèves accusés d’avoir tagué Macron Démission sur un panneau à l’entrée de l’établissement. Par la construction d’un scénario autour d’un personnage et d’un deuil fictifs, il donne la parole aux lycéens.

Si le vent tombe de Nora Martirosyan (France/Arménie/Belgique), présenté le 9 octobre à La Baleine en partenariat avec Films Femmes Méditerranée, nous entraîne loin de l’Hexagone, dans une République transcaucasienne auto-proclamée. Un expert (incarné par Colin Grégoire) y est mandaté pour autoriser la réouverture de l’aéroport déserté par les vols. La situation explosive (sous les feux de l’actualité de ces derniers jours) du Haut-Karabagh abordée sous l’angle de la fable.

Dans Funambules de Ilan Klipper (France) on est sur le fil entre raison et folie et on rencontre ceux qui ont basculé de l’autre côté du miroir.

Très attendu, présenté en partenariat avec CineHorizontes : La Última primavera de Isabel Lamberti (Pays-Bas/Espagne), qui a placé sa caméra au cœur d’un bidonville près de Madrid, la Cañada Real, dont les habitants sont chassés car la terre sur laquelle ils vivent a été vendue.

Et à ne pas rater, le très beau The Last Hillbilly de Diane Sara Bouzgarrou et Thomas Jenkoe (France/Qatar) produit par Film de Force Majeure, projeté en ouverture le 8 octobre à 20h au Gyptis, qui met en scène un « bouseux » des Appalaches, éleveur et poète désespéré, debout face à un monde qui s’écroule.

ELISE PADOVANI
Octobre 2020

Programme complet sur le site du Gyptis.

Photo : Les Affluents Copyright Droits réservés

Cinéma La Baleine
59 Cours Julien
13006 Marseille
04 13 25 17 17
labaleinemarseille.com

Cinéma Le Gyptis
136 rue Loubon
13003 Marseille
04 95 04 95 95
www.lafriche.org