La famille et les femmes au programme des Rencontres internationales de cinéma d’AFLAM, du 1er au 7 avril

Entretenir l’AFLAM

• 1 avril 2019⇒7 avril 2019 •
La famille et les femmes au programme des Rencontres internationales de cinéma d’AFLAM, du 1er au 7 avril - Zibeline

S’il n’est pas dans l’esprit des responsables de la programmation de cette 6e édition de l’événement proposé par AFLAM d’opposer nécessairement Famille et Femmes, il est tout de même assez net qu’il est question de ménager un espace de liberté, au moins symbolique, entre ces deux entités. Les modèles familiaux changent, bousculés par les impératifs économiques, politiques, sociaux ; et face à ces bouleversements majeurs, les femmes sont plus que jamais actrices, à la tête d’un basculement qu’elles documentent et nourrissent, affirmant haut et fort leur désir de liberté (sexuelle, amoureuse, professionnelle). Ainsi, une grande majorité des artistes invités cette année sont des femmes : réalisatrices, militantes, poétesses, elles contribuent à alimenter une évolution, qui, si elle n’en est qu’à ses débuts, est pourtant déjà un phénomène majeur de notre monde d’aujourd’hui. Le festival de films en langue arabe donne le ton, parmi bon nombre d’autres mêmes manifestations artistiques moins enclines à laisser souffler ce vent nouveau.

Lucien Bourjeily mettra en appétit avec Le Déjeuner, film d’ouverture (1er avril au Mucem). Le réalisateur libanais, connu pour ses textes et mises en scène d’un théâtre socio-politique immersif, sera présent pour présenter son premier film, huis clos familial décapant : pour Pâques, la famille se réunit autour d’une table, et malgré les bonnes volontés et les faux-semblants, quelque chose surviendra, qui réveillera les tensions. (Grand prix du jury au Festival de Dubaï)

Pour entériner la thématique 2019, une séance animée par FFM (Films Femmes Méditerranée) sera organisée (2 avril au Videodrome 2) autour du premier long-métrage de Sarra Abidi, Benzine, qui présente un « envers de l’immigration », en racontant, de manière très réaliste, le désarroi d’une famille restée en Tunisie tandis que le fils est parti en Europe dans l’espoir d’une vie meilleure. Attente, incertitude, angoisse de ces milliers de foyers amputés. Sondos Belhassen a obtenu de nombreux prix pour son interprétation de la mère.

The reports on Sarah and Saleem (Muayad Alayan), sous la forme d’un quasi thriller, aborde une autre fracture familiale, provoquée par l’amour extraconjugal entre Sarah et Saleem, exacerbant les tensions sociopolitiques à l’œuvre au cœur de Jérusalem divisée (5 avril au Gyptis, en présence du réalisateur, Prix du jury au festival de Rotterdam).

Ce n’est pas moins à la recherche du paradis que s’attèle Merzak Allouache dans son Enquête au paradis (en compétition à la Berlinale, à Cinemed Montpellier… et présenté le 2 avril à La Baleine). Docu-fiction d’une redoutable efficacité, il retrace l’enquête menée par une journaliste autour de représentations plus ou moins fantaisistes véhiculées par la propagande islamiste en Algérie. Deux films sélectionnés à Cannes (Mon cher enfant de Mohamed Ben Attia et Sofia de Meryem Benm’Barek les 3 et 5 avril au Mucem) complètent, avec beaucoup d’autres, cette programmation calquée sur une actualité prégnante.

Salvateur retour en arrière, « Un cinéaste, un parcours » est cette année dédié à Youssef Chahine (1926-2008), autour d’une programmation de ses films restaurés et sous-titrés à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. « Au-delà des frontières » nous emportera en Serbie, avec une sélection de films récents dont les sujets, qu’ils soient d’actualité ou historiques, résonnent fortement avec ceux des cinéastes de pays arabes.

Pour conclure, une journée d’échange sur « La place et l’image de la femme dans l’industrie du film arabe » (le 7 avril à La Fabulerie, animée par Nicola Schieweck, programmatrice du festival FFM) fera le point sur la situation concrète des réalisatrices et actrices arabophones, et l’influence qu’elles peuvent avoir dans le quotidien des femmes de leurs pays.

ANNA ZISMAN
Mars 2019

Rencontres internationales de cinéma – AFLAM
1er avril au 7 avril
Divers lieux, Marseille, et Eden-Théâtre à La Ciotat, Le Méliès à Port-de-Bouc, Jean Renoir à Martigues, Institut de l’Image à Aix-en-Provence

Photo : Mon cher fils, de Mohamed Ben Attia © BAC Films