Châteauvallon réinvente ses Crépuscules

Entre chien et loup, l’art au naturel

• 10 juillet 2020, 11 juillet 2020, 17 juillet 2020, 18 juillet 2020, 19 juillet 2020, 21 juillet 2020 •
Châteauvallon réinvente ses Crépuscules  - Zibeline

Châteauvallon tient ses promesses, malgré l’annulation de son festival d’été, en réinventant ses Crépuscules qui offrent au public dès 19 heures une immersion totale dans le site, au plus près de la nature, au fil de « petites formes » originales, de lectures et de concerts. Des propositions audacieuses comme celles de Romain Bertet et Frank Micheletti qui ont ouvert les festivités. Au Baou sur la colline, Romain Bertet créa la surprise par sa posture énigmatique au centre de la terre : les pieds en l’air et la tête enfouie, il réalisa un véritable tour de force physique doublé d’un tour de magie poétique et sonore. Autour de son corps tanguant, la terre parlait, bruissant de bruits sourds, de bribes de textes et de musique. Se mouvant par légères saccades ou frémissements imperceptibles, tout son être était tendu sur un axe central dans un exercice de résistance sidérant, puis, délaissant la verticalité pour l’horizontalité, se laissait aller à réagir aux ondes « terrestres », tanguait, se convulsait, tremblait, avant d’acter une disparition totale au centre de la terre qui nous laissa estomaqués. Et perplexes à l’écoute d’une voix qui, distinctement, nous interpella : « Qui es-tu, toi, qui te cache le visage ? ». Sa réflexion sur la matière et l’espace initiée dans ses précédents opus De là-bas et Ecouter voir revêt ici une dimension symbolique, un engagement, en témoigne son dernier acte quand un complice plante un mimosa sous les pins à l’emplacement de sa disparition. Geste qu’il réitérera à chacune de ses performances dansées.

Lié personnellement à Châteauvallon qui lui a permis d’embrasser la danse, Frank Micheletti a remonté le fil de son histoire personnelle pour faire ressurgir une histoire collective écrite par ses fondateurs Henri Komatis et Gérard Paquet et les artistes internationaux qui ont laissé des traces indélébiles. Le chorégraphe a imaginé un parcours entre les toits-terrasses, l’esplanade, le bassin, entrainant le public à déambuler jusqu’à l’amphithéâtre pour une mise à nu improbable… Une proposition dansée, parlée et musicale en osmose parfaite avec les pierres, les arbres, la chaleur qui irradient le site d’une aura particulière. Comme dans un rituel chamanique, la nature invoquée a accueilli son corps tout entier, créant un lien invisible entre terre et nuages, la main dessinant un point de suspension dans le ciel. En équilibre fragile, instable dans le vent qui l’effleurait, il s’est fait oiseau ou reptile, le visage paré d’un masque de brindilles, le corps dissimulé derrière un pagne… Émouvante, drôle, inattendue, sensible, son échappée dansée à travers le temps fut d’une rare intensité.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juillet 2020

Underground, une exploration des sous-sols de Romain Bertet et Le tout est d’être prêt, laissons faire de Frank Micheletti ont été présentés les 25, 26 et 27 juin à Châteauvallon – scène nationale, Ollioules


À venir

10 juillet
Musique et danse –Tablao flamenco
Direction artistique Juan Carmona

11 juillet
Théâtre – L’œil égaré
Cie Choses dites

17 juillet
Déambulation sonore et musicale – Le jardin aux oiseaux
Lecture musicale – Jean d’Agrève

18 juillet
Récital – Cosmos
Shani Diluka

19 juillet
Récital – Les oiseaux oubliés
Shani Diluka et les Chanteurs d’oiseaux

21 juillet
Concert jazz – Jokers

04 94 22 02 02 / 04 98 00 56 76
chateauvallon-liberte.fr

Photo : © Châteauvallon – scène nationale Ollioules