Sous le MuCEM, la plage

En été, le MuCEM reste ouvert (à tout)

• 5 juin 2015⇒30 septembre 2015 •
Sous le MuCEM, la plage - Zibeline

Mise à jour : le dimanche 14 juin, suite aux critiques suscitées par MuCEM Plage, le MuCEM a annoncé par un communiqué l’annulation de ce projet.

Durant cet été, le MuCEM propose une programmation éclectique et déroutante. Un jeu d’équilibriste entre culture, loisirs et commerce. Avec la rentabilité en guise de balancier ?

En février dernier, un rapport de la Cour des comptes accablait la gestion du MuCEM. Outre le dépassement de budget pour la construction du bâtiment et la sous-estimation des dépenses d’entretien, la Cour pointait également la faiblesse des recettes propres du musée. Une grande partie de la presse avait relayé ces dysfonctionnements, sans prendre le soin d’une analyse détaillée, et en oubliant qu’un édifice culturel public ne se jauge pas à sa rentabilité financière. Zibeline avait alors relevé cette appréciation strictement économique du domaine culturel (www.journalzibeline.fr/comment-la-cour-compte).

Village de marques

Quelques mois plus tard, les choix de programmation et d’activités du MuCEM pour cet été sont étonnants. Est-ce là un effet des recommandations souhaitées par l’instance comptable ? Ainsi, depuis le 5 juin et jusqu’au 30 septembre, un «concept store» s’est installé sur la Place d’Armes, en haut du Fort Saint-Jean. Cette «boutique éphémère, branchée, arty», telle que la définissent les initiateurs du projet (le collectif Villa/Alliv et la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode) accueille une trentaine de designers et stylistes, reconnus ou émergents, qui proposent des créations diverses (t-shirts, bijoux, lampes, mobilier…). Encourager de jeunes créateurs et favoriser le commerce de leur art est certainement nécessaire. Mais le lieu est-il approprié ? Est-ce la mission du MuCEM d’accueillir un village de marques branchées ? Car dans le même temps, l’offre culturelle est réduite : hormis les expositions permanentes et temporaires, et les dernières soirées spéciales en juin (voir encadrés), à partir de juillet, les propositions deviendront rares. Seules la projection, gratuite et en direct, d’un concert du Festival d’Aix (le 12 juillet) et deux soirées du Festival Jazz des 5 Continents (les 16 et 17 juillet) seront au programme.

Sous le musée, la plage

Le MuCEM Plage, qui mêlera loisirs, animations et culture, s’installera entre le 25 juillet et le 21 août sur l’Esplanade du J4, qui se couvrira de sable et se transformera pour un mois en annexe des Catalans ou de la Pointe Rouge. Avant la construction du musée, les abords du Fort Saint-Jean étaient occupés par les pêcheurs, les minots en maillots et les barbecues improvisés, et le MuCEM veut renouer avec cette ambiance. Qui sans baignade possible ressemblera plutôt à Paris Plage…

Conçu par le collectif Yes We Camp qui avait monté un camping éphémère à l’Estaque lors de la capitale culturelle, le MuCEM Plage proposera une programmation populaire et conviviale revendiquée. Entre séances de yoga, farniente dans des hamacs, espaces de jeux pour les enfants, ateliers, installations artistiques, tournois sportifs, sardinades, visites nocturnes du musée, soirées DJ, bals, ou spectacles, chacun devrait y trouver son compte. Même si le coût de l’opération est estimé à 350 000 euros, au moment où les budgets alloués aux manifestations culturelles qui accompagnent les expositions se réduit, dans une ville où l’on sait ailleurs jouer à la pétanque et allumer les barbecues…

Des hommes et des Dieux

Du 24 juin au 16 novembre, le MuCEM accueillera Migrations Divines, exposition consacrée aux liens tissés entre les différents cultes polythéistes de l’Antiquité. Les œuvres et objets présentés seront prêtés par la Fondation Gandur pour l’Art et par les Musées d’Art et d’Histoire de Genève. Ces collections, d’une valeur historique exceptionnelle, témoignent du croisement des croyances en Méditerranée antique, entre l’Egypte, la Grèce et Rome. À travers les âges, le commerce, les relations intellectuelles, mais aussi les guerres ont contribué à mêler les représentations sacrées des uns et des autres. Les traces de ces échanges se révèlent par l’adoption de Dieux venus d’ailleurs, ou de figures divines métissées. Quelque deux cents pièces, objets rituels ou images de culte, datant du IIIe millénaire avant notre ère, jusqu’au IIIe siècle après J.C, composeront l’exposition.

Germaine Tillion à l’honneur

Le 27 mai, Germaine Tillion, ethnologue et figure majeure de l’histoire du XXe siècle, entrait au Panthéon, aux côtés de ses compagnons de Résistance, Pierre Brossolette, Jean Zay et Geneviève de Gaulle-Anthonioz. Le 19 juin, à l’occasion du 40e anniversaire de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), la mémoire, l’œuvre et l’héritage de Germaine Tillion seront de nouveau à l’honneur. De 9h à 17h, un colloque, ouvert au public, se tiendra dans l’auditorium du MuCEM, qui porte son nom. La rencontre, intitulée Les sciences sociales au XXIe siècle. Dans le sillage de Germaine Tillion, prendra pour axe de départ ses recherches menées à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), ancêtre de l’EHESS. Première femme nommée directrice d’étude à l’EPHE, elle sera, entre 1956 et 1976, une véritable ethnologue de terrain, en particulier dans le contexte colonial, puis indépendantiste, de l’Algérie. L’influence de ses travaux sur les pratiques de recherche actuelles, notamment dans l’aire culturelle méditerranéenne, feront partie des thèmes abordés lors de cette journée.

Le soir, dès 19h, toujours à l’auditorium, aura lieu une rencontre-lecture. L’historien Tzvetan Todorov contera Le siècle de Germaine Tillion, où il retracera les principales étapes de sa vie. En écho, des extraits d’œuvres de l’ethnologue, qui s’est éteinte centenaire en 2008, seront lus par la comédienne Anouk Grinberg.

JAN-CYRIL SALEMI
Juin 2015

Ecouter aussi l’interview de Jean-François Chougnet sur WRZ ici

Photo : Tête de Vajrapani Héracles -c- Fondation Gandur pour l’Art, Genève. Photographe André Longchamp

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org