Répétitions confinées de la Compagnie Voyages imaginaires dans l'univers des fables de La Fontaine

En attendant le plateauVu par Zibeline

• 22 mai 2020⇒22 novembre 2020 •
Répétitions confinées de la Compagnie Voyages imaginaires dans l'univers des fables de La Fontaine - Zibeline

Avec son deuxième épisode intitulé « L’ordre des fables », la Compagnie Agence de Voyages Imaginaires poursuit son exploration de la création loin du plateau, et parfois se heurte aux limites du travail en ligne. Ouvre cette nouvelle séquence une mini-introduction rythmée rappelant les bonheurs de la scène, lorsque les artistes étaient encore en résidence à Saint-Nazaire… le présent s’impose ensuite, chacun chez soi, derrière sa caméra, mais avec le même enthousiasme. Cette semaine, parlons travail autour du texte et dramaturgie !

Tout commence par La cigale et la fourmi. Cette fable nous parle de la place de l’art, de la fête et de leur nécessité… La force des fables est là, elles évoquent le monde, les comportements humains, mais aussi redessinent un théâtre vivant avec ses enjeux esthétiques et philosophiques. Faut-il reprendre les textes les plus connus ? Terminer par Le corbeau et le renard ? Pour cette fable, un extrait de répétition lors de la résidence à Saint-Nazaire nous montre en fond de scène une représentation du corbeau en gilet jaune… et la reprise plurielle de la réplique du « maître Corbeau », « honteux et confus », « on ne nous y prendra plus » accorde une tout autre lecture à la parabole tandis que s’esquisse un art de la joie et de la contestation grâce aux musiques sur scène, vives et entraînantes. Ici un bel essai de composition musicale sur La grenouille qui veut se faire aussi grosse qu’un bœuf, là une superbe composition originale de Gil Aniorte Paz sur Le chien qui lâche sa proie pour l’ombre où les voix des comédiens tissent un chœur expressif qui sert le texte de La Fontaine en français puis en espagnol. « Chacun se trompe ici-bas. / On voit courir après l’ombre/ Tant de fous qu’on n’en sait pas / La plupart du temps le nombre »…

La création se multiplie, généreuse… « On a donné plus de deux cents fables à plus de deux cents personnes, co-créateurs (artistes ou pas). Chacun s’est emparé d’une fable et en a fait quelque chose, peinture, photo, chanson, dessin, petit film… ». L’exposition de toutes ces pépites est actuellement au Pôle Nord, et suivra la tournée prévue, s’installant dans les halls des différents théâtres…
Et l’on rêve du retour dans les salles…

MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2020

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=M4EXtPaBq8s&feature=youtu.be

Photographie : NICKSIGO © 2020