Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La 7e édition du festival Tous dehors (enfin) ! à Gap, dense et resserrée

Ébattre la ruelle

• 31 mai 2019⇒2 juin 2019 •
La 7e édition du festival Tous dehors (enfin) ! à Gap, dense et resserrée - Zibeline

Tous dehors (enfin) !, le festival des arts de la rue à Gap, revient pour la 7e année. L’âge de raison ? « Que nenni ! », répond Philippe Ariagno, directeur du théâtre La Passerelle qui porte la manifestation, en invitant dans son édito son équipe et le public à être au contraire « déraisonnables ».

Qu’entend-il par là ? D’abord, une densification des propositions. Pour cause de subventions arrivées au compte-goutte, la programmation a été resserrée sur trois jours au lieu de quatre, et les rendez-vous magiques du Domaine de Charance, rencontres entre nature et culture sur les hauteurs de Gap, n’ont pu être maintenus. « Le festival perd de sa singularité, mais c’est passager, nous rassure le directeur, ils reviendront l’année prochaine. » Les fonds ayant fini par arriver, il n’y aura pas moins de représentations que lors des éditions précédentes : « Depuis deux ans, nous avons abandonné l’idée que les spectateurs puissent tout voir ; il va falloir choisir ! »

Philippe Ariagno a fait sa sélection en écumant les grands rendez-vous du théâtre de rue, notamment le festival de Chalon-sur-Saône. L’été dernier, il a ainsi vu la prestation « très engagée, imagée, poétique » du slameur Arthur Ribo, champion du monde d’improvisation, et l’a invité. De même que les compagnies italiennes Girovago e Rondella et Dromosofista. Leur Teatri mobili, petit théâtre ambulant, fera partie d’un projet que caressait le programmateur depuis un moment : créer un Village d’Entre-Sorts, ces petites formes à jauges limitées venues de la tradition saltimbanque. Situé dans le Parc de la Pépinière, près de la passerelle de la Blache, il comprendra aussi Avion papier, la caravane du Collectif La Méandre, « un magnifique univers à la Michel Gondry1 ».

Grands écarts artistiques

« J’aime bien avoir un grand écart entre les propositions », s’amuse le directeur. À l’inverse des formats intimes, il a prévu des spectacles à très grande jauge, au-delà de 1500 personnes, tels que le Bal Trap de la Cie La Contrebande, numéro de voltige explosif, ou les 78 tours du Collectif La Meute, réalisés avec un des agrès les plus impressionnants de la panoplie circassienne, la « roue de la mort ». La variété se retrouve aussi au niveau des disciplines. L’édition 2019 voit le retour de la danse, absente l’an passé, avec la compagnie régionale NaïF Production (vue par Zibeline aux Hivernales d’Avignon, critiques à retrouver sur https://www.journalzibeline.fr/critique/cest-pas-de-la-danse-et-cest-tant-mieux/ et https://www.journalzibeline.fr/critique/aux-portes-de-la-mixite/). Ces trois artistes s’inspirent du hip-hop pour évoluer sur des jambes caoutchouteuses.

Plus discrète que l’énorme Lune qui avait enchanté les spectateurs du précédent festival, on retrouve une installation plastique, en accès libre tout le week-end : la boîte photographique d’Erwan Sito, conçue selon le principe de la camera obscura2, permettra de voir le monde à l’envers. Perdure également la présence d’œuvres plus politiques ou ironiques, avec un grain légèrement subversif qui participe du plaisir de Tous dehors (enfin) !. Ainsi de l’odyssée migratoire de Boate, du Cirque Rouage, « un moment très brut et touchant ». Ou de Tire-toi de mon herbe Bambi, par La cour singulière, histoire « à l’humour noir très étonnant » d’un couple qui s’installe à la campagne et perd ses illusions bucoliques, jusqu’à construire des miradors pour repousser la sauvagerie.

En tout 17 spectacles pour 71 représentations dans les rues, places et parcs de Gap, en espérant que cette fois la pluie ne s’invite pas à la fête.

GAËLLE CLOAREC
Mai 2019

1 Réalisateur connu pour sa forte créativité visuelle et son sens du bricolage

2 Instrument d’optique connu depuis l’Antiquité, qui produit une image inversée

Tous dehors (enfin) !
31 mai au 2 juin
Gap, divers lieux

Photo : 78 Tours, Collectif La Meute -c- Christophe Raynaud de Lage


Théâtre La Passerelle
137 boulevard Georges Pompidou
05000 Gap
04 92 52 52 52
http://www.theatre-la-passerelle.eu/