Les Inovendables deviennent les Z’inos, au Théâtre Marie-Jeanne

D’un Z qui veut dire Z’inos

• 24 novembre 2018⇒22 décembre 2018 •
Les Inovendables deviennent les Z’inos, au Théâtre Marie-Jeanne - Zibeline

Créés par le regretté Phil Spectrum, les Inovendables deviennent les Z’inos et se paient une cure de jouvence

Avec dix propositions étalées sur deux mois, Leda Atomica Musique (LAM) donne un nouveau départ à son festival underground. Au programme, une scène un peu moins souterraine et davantage tournée vers le théâtre musical, la chanson à texte et la création rock sous toutes ses formes. Mais pas de panique, les artistes invités par Tom Spectrum, musicien, son-designer et digne fils de son père, sont encore très loin du « main stream ».

Premier rendez-vous, le 24 novembre, avec deux chanteuses et musiciennes « z’inoposables ». On ne présente plus Sylvie Paz. On ne présentera bientôt plus Kalliroi Raouzeou. Toutes deux réunies par les Dames de la Joliette, elles s’en détachent ponctuellement pour former Zoppa, duo au répertoire gréco-hispanique ou hispano-grec, de compositions originales en traditionnels revisités. Le tout dans l’esprit « alla zoppa », terme musical désignant un rythme asymétrique, bancal. Le 30, les compositions de Frédéric Chopin vont croiser le fer avec les airs d’opéra de ses contemporains italiens belcantistes comme Bellini, Verdi, Donizetti… Une création pas si « z’inopinée » que ça autour de la soprano Cécilia Arbel et du pianiste Ludovic Selmi.

Le 1er décembre, les « z’inomés » Manu Théron et Henri Maquet réservent sans doute quelques surprises puisées dans leurs créativités respectives. Il y a fort à parier que l’on retrouvera « l’Oc touch » de ces deux trublions des musiques populaires, dont les noms sont rattachés à de diverses formations (Lo Còr de la Plana, Chi Na Na Poun, Polifonic System, Delta Sònic…) qui réinventent régulièrement les formes traditionnelles méridionales au service d’une esthétique résolument tournée vers la modernité. Place aux « z’inodibles » (on reconnaît bien là l’autodérision des organisateurs) avec, les 7 et 8 décembre, Mauvais genre, dernière création de LAM. Danielle Stefan, Marie Démon et Martial Paoli y célèbrent en chanson les détournements de tout poil des ordonnances imposées.

Le 14 décembre, Morrison à la porte (Malp), c’est l’alliance des claviers analogiques d’Olivier Vega (Vega Project) et des machines numériques de Tom Spectrum (Leda Atomica Musique,) pour une musique au croisement des genres, de l’électro à la new wave, du rock au hip hop, et appuyée par une poésie mélancolique chantée par Alix Toupet et Camille Kram. L’occasion de redécouvrir les textes de Jim Morrison, du poète Aragon et bien d’autres par des « z’inovateurs ». Le lendemain, on retrouve Vega Project, duo electro/pop des plus « z’inouis ».

En première partie de ces deux groupes symbolisant une forme de relève, il sera rendu hommage aux « zinoubliables », en l’occurrence à l’inénarrable Phil Spectrum, leader du groupe phare du rock marseillais des années 70-80 Leda Atomica, disparu le 14 juillet 2017 et dont l’anniversaire est un 14… décembre.

Les deux dernières soirées convoquent les « z’inoxydables » Telescope Road, trio international de rock ethno-progressif (le 21) et les « z’inobéissants » Dead Cats Division, jeune formation de cold punk marseillaise (le 22). Des félins assurément « z’inoffensifs ».

LUDOVIC TOMAS
Novembre 2018

Les Z’inos
24 novembre au 22 décembre
Leda Atomica Musique, Théâtre Marie-Jeanne, Marseille
Ledatomica.mus.free.fr/lam/

Photo : Zoppa (Sylvie Paz et Kalliroi Raouzeou) c X-D.R.