Le Parcours métropolitain, jazz en force sur la Provence en juin et juillet

Du jazz et bien plus

• 11 juin 2019⇒31 juillet 2019 •
Le Parcours métropolitain, jazz en force sur la Provence en juin et juillet - Zibeline

Il y a, depuis une petite dizaine d’années, un double mouvement dans l’appellation des musiques actuelles. Si, d’un côté, les styles, ou du moins leurs noms, se multiplient, reflétant des nuances toujours plus précises entre rythmes, instruments et géographie, une tendance inverse ouvre les frontières entre les chapelles, qui se côtoient, et inventent ainsi d’autres univers musicaux. Les gammes s’enrichissent de toujours plus de notes, qu’on apprend à écouter ensemble ; les genres s’autorisent à des incursions, autrefois proscrites, dans des territoires qui, d’étrangers, deviennent voisins.

Le festival Marseille Jazz des cinq continents (17 au 27 juillet) était, dès sa création en 2000, un manifeste de cette évolution. Ses deux fondateurs Roger Luccioni et Bernard Souroque avaient déjà compris que jazz et musiques du monde, s’ils avaient chacun leurs adeptes, gagneraient à s’émanciper de leur pré carré en empruntant des chemins communs, insufflant une dimension nouvelle pour une musique vivante. On constate encore une fois cette année, où le festival propose sa 20e édition, que la formule était visionnaire. Élargissement des frontières, oui, avec aussi la mise en place d’un fin maillage de concerts dans les communes de la Métropole. Le Parcours métropolitain s’approche au plus près des publics, essaime, dès le 8 juin avec la canadienne Kellylee Evans à Carry-le-Rouet, sa programmation haute en gamme.

À Châteauneuf-le-Rouge, Le Jazz club de l’été honorera la Fête de la musique le 21 juin avec trois concerts gratuits : les trois voix pétillantes du trio féminin au répertoire multiforme de The Swing Cockt’Elles (de Britney Spears à Gershwin, Jean-Sébastien Bach ou Carlos Jobim), le sextet du contrebassiste et compositeur Nicolas Moreaux, emblème de la nouvelle vague du jazz français, et les compositions de Nicolas Koedinger, lui aussi contrebassiste avec son quintet. Le 27 juin, Piano(s) sous les pins (Peynier) accueille Dexter Goldberg, jeune représentant du piano jazz français (avec Bertrand Beruard à la contrebasse et Kevin Lucchetti batterie), puis Yonathan Avishaï, l’un des pianistes jazz contemporains parmi les plus créatifs. À Châteauneuf-les-Martigues le 30 juin, la voix de la jeune capverdienne Lucibela ouvrira les cœurs autant que les oreilles. Entre graves façon sambistas brésiliennes et vibratos à arracher des frissons, elle aborde amour, féminité, et racines dans une frontalité rafraichissante. Le 4 juillet, flamenco et jazz entameront un dialogue à Aubagne (dans le cadre du Festival international des Nuits Flamencas) grâce à Dorantes. La trompettiste Yazz Ahmed offrira ses mélodies orientales enrichies de sonorités psychédéliques le lendemain à Vauvenargues, et le guitariste Bireli Lagrène (trio Storyteller) mêlera sa six cordes aux percussions télépathiques de Mino Cinelu et le groove de Chris Minh Doky (10 juillet à Port-Saint-Louis et le 11 à Cornillon-Confoux). Pour finir, le grand Manu Katché délivrera son feeling élégant et punchy à Salon-de-Provence (13 juillet).

ANNA ZISMAN
Juin 2019

Parcours métropolitain de Jazz des Cinq Continents
juin et juillet (+ Guillaume Perret le 8 novembre à Carnoux-en-Provence)
Aix-Marseille Métropole
04 95 09 32 57
marseillejazz.com

Photo : Yazz Ahmed c X-D.R.