La 15e édition des Rencontres Giono célèbre le Giono terrien et rural

Du côté de chez Pan

• 5 août 2021⇒7 août 2021 •
La 15e édition des Rencontres Giono célèbre le Giono terrien et rural - Zibeline

C’est le Giono terrien et rural qui sera célébré cette année pour la 15e édition des Rencontres Giono

À la tête de l’association des Amis de Giono, l’infatigable Jacques Mény consacre toute son énergie, depuis des années, à l’exploitation des brouillons, des correspondances, des notes de lecture, de projets laissés par l’écrivain. Pour le plus grand plaisir des lecteurs et des curieux. L’édition de cette année veut souligner l’attachement du natif de Manosque au monde rural. Celui-ci est surtout présent dans les romans des années trente comme Colline, Un de Baumugnes, Regain, réunis sous le titre La trilogie de Pan (Éditions Grasset). Romans attachés à la terre, accueillante et nourricière, terre amie. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Giono ne se fait pas le chantre du cultivateur et de son dur labeur. Ce qui le séduit c’est la philosophie de l’attachement à la terre, la plénitude qu’apporte la contemplation de la nature dans son renouveau annuel. Après une période de désintérêt pour le monde rural, les années quatre-vingt ont vu revenir des romans s’intéressant au passé ou s’interrogeant sur un possible retour à la terre. La période difficile que nous venons de traverser a vu refleurir un engouement pour la vie loin des villes et de leur pollution, et l’esprit de Giono planera encore plus vif sur Manosque. Durant trois jours, plusieurs écrivains partageront leurs témoignages et leurs rêves.

Rencontres terriennes

La soirée du 5 août rendra hommage à Hélène Martin, disparue cette année, avec la projection du film Jean le Bleu, d’après le roman Giono, qu’elle a adapté et réalisé en 1979. 

Le 6 août, Jean-Yves Laurichesse parlera de son dernier livre Lignes de terre. Écrire le monde rural aujourd’hui (Éditions Classiques Garnier), suivi de deux écrivains du sud, Franck Bouysse, prix Jean Giono 2020 pour son roman Buveurs de vent (Éditions Albin Michel) et André Bucher autour de Tordre la douleur (Éditions Le mot et le reste). Avec, le soir, Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix de Jean Giono (1938, réédité par Héros-Limite), spectacle adapté et mis en scène par Alain Besset, interprété par Grégory Bonnefont (Cie Elektro Chok).

Le 7 août, José Bové, paysan pendant 30 ans, militant altermondialiste et anti-nucléaire, député européen de 2009 à 2019, interviendra en tant que grand témoin écologiste. Puis on rencontrera Marie-Hélène Lafon, prix Renaudot 2020 pour son roman Histoire du fils (Éditions Buchet-Chastel). Les Rencontres internationales de Lure, rassemblements des éditeurs, graphistes, écrivains dans le beau village de Lurs tous les étés depuis 1952, seront aussi à l’honneur avec À la poursuite du livre rêvé par Jean Giono et Maximilien Vox, coédité avec le Centre Giono. En soirée, Le Bruit du blé, spectacle de Gaël Faure autour de Que ma joie demeure, avec Gaël Faure et Nicolas Martel (lire ici) sera une manière très sensible de clôturer ces rencontres 2021.

CHRIS BOURGUE
Juin 2021

XVe Rencontres Giono
5 au 7 août
Jardin du Paraïs, Maison de Jean Giono, Manosque
rencontresgiono.fr

Photo : © André Caspari