Paula Temple et Avalon Emerson, surpuissantes, entre techno et innovation

Des femmes aux beats puissants

• 1 juin 2018 •
Paula Temple et Avalon Emerson, surpuissantes, entre techno et innovation - Zibeline

En 2016, lors du festival Marsatac, on tombait en arrêt au milieu de la nuit devant Paula Temple au Cabaret Aléatoire. Un mix furieux, étouffant même, à base de techno surpuissante, tribale et industrielle, qui jouait à fond le jeu de la transe. Avec cet arsenal musical implacable, la Britannique entend refléter l’état de chaos du monde actuel et, même si on le sait bien entamé, cette bande-son digne de Game of Thrones fait peur. Cette radicalité s’accompagne d’une démarche militante : alors qu’elle sort des disques sur les plus grands labels, la musicienne coupe les ponts avec l’industrie musicale, qu’elle juge misogyne et inégalitaire, pour partir prodiguer des formations en Musique Assistée par Ordinateur vers les enfants défavorisés. Mais quand elle revient en 2012, c’est le couteau entre les dents. Désormais basée à Berlin, elle prodigue ses mixes violents et sombres dans les clubs électroniques les plus réputés et crée son propre label Noise Manifesto, principalement dédié aux artistes femmes et trans. Sur scène, l’artiste innove avec une performance hybride live/DJ plutôt costaud, on s’en doute. Avalon Emerson n’a pas à frémir devant le mur du son de sa consœur : avec sa techno cérébrale largement saupoudrée d’électronica abstraite, l’Américaine est une valeur montante et sa mine d’étudiante rangée (elle n’a pas 30 ans) laisse peu augurer de son amour pour la techno, contractée très tôt dans les raves clandestines de San Francisco. Celles-ci extraient cette native de l’Arizona d’une sage carrière de développeuse informatique. Derrière ses lunettes et sous une coupe de cheveux sage qui tranche avec l’allure étudiée des clubbeuses/modeuses européennes, elle a su intégrer les valeurs cruciales (partage, engagement, créativité) d’une scène tournée vers le futur, toujours prête à accueillir les innovateurs, qu’ils soient aventuriers ou militants.

HERVÉ LUCIEN
Mai 2018

1er juin
Cabaret Aléatoire, Marseille
le-bon-air.com

photographie : Paula Temple © Tania Gualeni


Cabaret Aléatoire
41 Rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 09
http://www.cabaret-aleatoire.com/cabaret/