Des cothurnes aux pointes

Vérifier les jours off sur la période
 - Zibeline

Le théâtre antique de Vaison-la-Romaine lorsqu’il s’anime de nouveau de musiques et de danses, remplit nos nuits d’été de délices. Au programme cette année ? Les Ballets de Monte Carlo les 9 et 10 juillet (22h) interpréteront le sublime Roméo et Juliette chorégraphié par Jean-Christophe Maillot sur la partition de Prokofiev. Décors en épure d’Ernest Pignon Ernest, un propos focalisé sur les contradictions de la jeunesse, ses excès, ses intransigeances, ses déchirements entre pulsions contradictoires, principes mêmes de la tragédie. Un renouvellement du texte shakespearien tout en finesse.

Le 12 juillet, en contrepoint, les Ballets Trockadéro de Monte Carlo, en rien monégasques. Les sylphides, les cygnes, tous les rôles du répertoire romantique sont dansés par des garçons. De New York. Technique parfaite, danse sur pointes, avec juste ce qu’il faut de dérision pour une salvatrice distanciation. Au programme, l’acte II du Lac des cygnes, un pas de deux surprise, Go For Barocco dans la lignée de Balanchine, puis Paquita, chorégraphie de Marius Petipa. Tutus, plumes, un ensemble délirant, rude épreuve pour les zygomatiques !

Inspiration junguienne pour Synchronicity de Carolyn Carlson le 16 juillet, qui brosse une fresque poétique dans laquelle s’interrogent les évènements qui transforment la destinée, la conscience et l’inconscient, les passions, dans une lumière en clair-obscur, propice aux jaillissements.

Les 20 et 21 juillet, une autre compagnie mythique, Momix, venue des États-Unis, dirigée par Moses Pendelton, dans Bothanica, un spectacle fantasmagorique qui esquisse une histoire du monde. Illusions d’optique, métamorphoses, jeu sur les reflets, tout concourt à une atmosphère onirique et envoûtante.

Les 26 et 27 juillet, la compagnie DCA, présente une œuvre destinée à 7 danseurs, Panorama, aux confluents de la danse, du cirque et des arts visuels, un ensemble comme sait les apprivoiser Philippe Decouflé. Une fantaisie joyeuse pleine d’énergie.

Au Théâtre du Nymphée, un joli programme complémentaire le 18 juillet, à 19h, les élèves du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Le 22 juillet, la compagnie Orientations présentera Nostalgia, inspirée de la phrase de Milan Kundera. Enfin, le 24 juillet, la compagnie Par’Allèles : deux danseurs de hip hop qui avec humour et sensibilité rendront hommage au cinéma muet avec Face à Face.

MARYVONNE COLOMBANI

Juin 2012

Vaison Danses

Du 9 au 27 juillet

04 90 28 84 49

www.vaison-danses.com