Lieux Publics reprogramme ses 18 spectacles empêchés par la pandémie

Dehors !

• 4 septembre 2020⇒28 novembre 2020 •
Lieux Publics reprogramme ses 18 spectacles empêchés par la pandémie - Zibeline

Dystopie et utopie mêlées, requalification urbaine, rapport intense au politique, au corps, participation ébouriffante du public… En termes de spectacle urbain, au printemps dernier, la COVID 19 a fait très fort ! Mais un certain nihilisme dans le propos, doublé d’une présence totalitaire ont tout de même grandement relativisé la performance… De plus, d’autres propositions de création pour l’espace public, alternatives, disponibles au même moment, sont passées à la trappe ! Qu’à cela ne tienne : Lieux Publics, à Marseille et dans quelques villes environnantes, change l’automne qui vient en printemps qui était prévu, en proposant, entre le 5 septembre et le 28 novembre, la série des 18 spectacles printaniers mis hors-jeu par le perfide virus.

Parmi ceux-ci, en septembre, 4 « grands formats » : les Kaléidophones de la Cie Décor Sonore, à la fois sculptures et instruments géants, disposés dans l’espace public, invitant à une expérience sonore décalée, ludique, de la ville. Le Grand Débarras de la Cie Opus, organisation d’un vrai vide grenier dans lequel la bande à Pascal Rome infiltre le trouble de l’art. Et le Grand Ensemble de Pierre Sauvageot, concert monumental, qui sera donné à Martigues, puis à Cannes, selon le principe d’un orchestre symphonique dialoguant avec les habitants d’une barre d’immeuble.

Parmi les propositions du mois d’octobre, Bel Horizon par le G. Bistaki, collectif chorégraphique et circassien vu en 2019 sur l’esplanade de la Major avec pelles à neige et sacs de maïs dans Baïna(na), devrait valoir le détour jusqu’à Grand Littoral et Foresta. À la Cité des arts de la rue et au Lycée Diderot, deux projets européens, politiques et poétiques, portés par la plateforme européenne IN SITU : A certain value d’Anna Rispoli et Martina Angelotti, performance documentaire basée sur les pratiques de mutualisation et d’expériences radicales menées par différents collectifs, dans différents pays européens ; et Assemblages de Maria Sideri, cartographie de Marseille vue depuis le témoignage du corps des femmes se déplaçant dans l’espace public. À noter également, au Parc Borely, l’expérience perceptive physique, sonore et visuelle Reverse, proposée par le belge Johannes Bellinkx : regarder devant permet de voir derrière tout en marchant à reculons. Enfin les danseurs chorégraphes musiciens de Kubilaï Kahn Investigations proposeront entre la Viste et les Aygalades Le saut de la rivière, parcours artistique suivi d’un DJ set.

En novembre, les KompleX KapharnaüM seront à Aix-en-Provence pour Hide&See(k), déambulation dans un quartier nourrie d’images et de témoignages recueillis auprès d’habitant(e)s, portrait la fois intime et spectaculaire d’un morceau de ville en mutation. À l’Harmonie de l’Estaque, Sensational Platz de Margo Chou, trois comédiennes et deux musiciens inspirés par l’esprit du carnaval et celui des nuits sans fin des cabarets orientaux. Enfin au Parc de l’Oasis, un spectacle immersif du Begat Theater La fille suspendue inspiré du roman de Maryam Madjidi Marx et la poupée, adapté pour une déambulation sonore avec sacs à dos audios.

MARC VOIRY
Août 2020

5 septembre au 28 novembre
Lieux publics, Marseille et autres lieux
04 91 03 81 28 lieuxpublics.com

Photo : Kaléidophones, bouquet dodécaphonique © Vincent Vanhecke