Nouvel accrochage des collections au Mrac de Sérignan

Décollage imminentVu par Zibeline

• 20 mai 2021⇒2 janvier 2022 •
Nouvel accrochage des collections au Mrac de Sérignan - Zibeline

Avec La vie dans l’espace, le Mrac de Sérignan redistribue habillement sa collection. Un stimulant changement de dimension.

Certes, il n’y a pas de sot métier, mais il en y a tout de même certains qui font rêver plus que d’autres. Jill Gasparina, commissaire du nouvel accrochage des collections du Mrac de Sérignan, évoque le sien avec une gourmandise communicatrice : depuis deux ans, elle est membre du projet de recherche « Habiter l’espace extraterrestre » (HEAD-Genève/CNES, Paris). En tant que critique d’art et curatrice, elle est chargée, aux côtés de philosophes, d’astrophysiciens, d’historiens, de réunir un corpus qui puisse rendre compte de la place tenue par les artistes et les designers dans tout ce qui a trait à l’espace. C’est à ce titre que le musée l’a contactée pour concevoir une exposition qui fasse apparaître les questions qu’elle creuse dans le cadre de cette mission. Dans les presque 450 œuvres détenues dans la collection, y avait-il des pièces qui se rapportent directement à ce sujet ? Quasiment pas, a-t-elle dû admettre lors de ses premières investigations ! Cela l’a ainsi menée à voyager de manière plus flottante parmi les œuvres, à faire évoluer la problématique vers quelque chose de plus intuitif, moins démonstratif que ce à quoi elle avait peut-être pensé au départ : réfléchir à la polysémie du terme d’espace, à envisager dans sa dimension muséographique (l’accrochage, la spatialisation du lieu) et imaginaire (dans une période où les programmes spatiaux sont relancés, l’idée du voyage dans l’espace retrouve sa place).

Elle parvient en effet à produire un parcours presque sensitif, en huit salles qui chaque fois évoquent une atmosphère différente. Elle remodèle l’espace du musée, et organise les œuvres dans un cheminement quasi narratif, qui induit, de manière légère, un rapport entre elles. Comme on passerait d’un chapitre à l’autre dans un récit, on navigue entre « Gravité Zéro », la très réussie « La cabine de l’astronaute », pour mieux « Se souvenir de la Terre »… Et la soixantaine d’artistes qu’elle associe à cette épopée, dont les univers sont souvent bien éloignés, sont sûrement les premiers surpris à avoir été embarqués dans ce voyage, qui vaut le détour.

ANNA ZISMAN
Octobre 2020

jusqu’au 13 juin 21
La vie dans l’espace
Musée régional d’art contemporain, Sérignan
04 67 17 88 95

Photo : Vue de salle « La vie dans l’espace » au Mrac, Sérignan, 2020. Photographie Aurélien Mole

Mrac
146 avenue de la Plage
34410 Sérignan
04 67 32 33 05
http://mrac.laregion.fr/