Entretien avec Debora Waldman, cheffe de l’Orchestre régional Avignon-Provence

Débora Waldman, première cheffe d’un orchestre (bientôt) national !

Entretien avec Debora Waldman, cheffe de l’Orchestre régional Avignon-Provence - Zibeline

Entretien avec la toute nouvelle directrice artistique et cheffe de l’Orchestre régional Avignon-Provence, en passe d’être labellisé « Orchestre national en région ».

Zibeline : Première femme à obtenir un tel poste en France, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Debora Waldman : Cela m’honore et me donne aussi une lourde responsabilité. Je souhaite que d’ici dix ans je ne serai pas la seule et unique femme à la tête d’un orchestre ! D’autre part, avoir à mener le même orchestre pendant trois ans, donc à moyen et long terme, cela ouvre une nouvelle dimension dans mon parcours. Il est vrai que je dirige déjà et vais poursuivre ma carrière de cheffe invitée, mais le fait d’avoir un « petit chez-soi » où on peut développer ses idées et amener les gens quelque part, c’est précieux.

Que pensez-vous de l’orchestre d’Avignon ?
Je l’ai dirigé cet été mais c’était avec l’Orchestre de Toulon, donc c’était un peu extraordinaire, je n’étais pas encore leur cheffe titulaire, j’étais encore cheffe invitée. On a un beau contact, il y a beaucoup de potentiel, beaucoup de belle énergie, de bonnes envies, de résultats aussi, il y a de beaux pupitres, donc il n’y a qu’à travailler maintenant.

Où aimeriez-vous amener cet orchestre ?
La première chose est de forger leur identité sonore, c’est un travail à long terme, mais ça peut venir assez vite ; puis leur donner une spécificité, jouer ce qui ne l’est pas ailleurs. J’aimerais explorer le répertoire romantique, découvrir des compositrices passées, et ne pas négliger la musique contemporaine.

La situation de l’Orchestre d’Avignon est particulière : il est aussi celui de l’Opéra
Oui, c’est très bien pour l’orchestre : faire à la fois de l’opéra et du symphonique est nourrissant pour des musiciens. Je souhaite ça à tous les orchestres du monde. Ça change leurs réflexes, stimule, donne d’autres repères… une excellente formation !

Cet orchestre a aussi une dimension sociale
Oui, il y a beaucoup d’actions culturelles. D’ailleurs, dans mon projet, je vais un petit peu plus loin, je lie toutes les actions culturelles à un concert d’abonnement. Une manière d’approcher et lier tous les publics ! Je pense que la musique peut parler à tout le monde, à tous les niveaux de compréhension.

Pourquoi Avignon ?
Je me présente depuis un moment à des concours, Avignon me tenait à cœur, je souhaitais un orchestre qui ait cette dimension lyrique ; et s’ajoute à l’orchestre toute la région qui est une région lyrique, grâce à tous les opéras qui existent en un aussi petit périmètre. Et aussi, c’est vrai, j’aime beaucoup l’histoire, les traces visibles dans l’architecture, et Avignon est irrésistible de ce point de vue.

Votre programmation sera celle de 2020-2021*, comment l’envisagez-vous ?
Je l’ai conçue en discussion avec Philippe Grison*, c’est presque bouclé. Schubert sera le fil rouge de cette année-là, avec sa neuvième puis sa première Symphonie. L’ensemble sera très éclectique afin d’attirer le plus large public possible. Il y aura aussi, (surtout) la Symphonie de la Guerre de Charlotte Sohy en février 2021, tombée dans l’oubli, et jamais jouée. Le petit-fils de la compositrice m’a confié la partition et c’est magnifique.
Partager des coups de cœur avec le public et l’orchestre est plus que gratifiant !

Entretien réalisé par Maryvonne Colombani
Octobre 2019

* Débora Waldman prendra ses fonctions le 1er septembre 2020
* Directeur de l’Orchestre régional Avignon Provence

En attendant Débora Waldman…

Cette saison verra Samuel Jean en premier chef invité, fera chanter au violon des airs d’opéra, puis permettra aux scolaires de découvrir les pièces de Caplet et Debussy, dont les merveilleux Children’s Corner. L’Orchestre jouera le jeu de la décentralisation, en Région Sud. Il donnera sa mesure avec le célébrissime Concert du nouvel an, mais aussi son humour virtuose avec en ciné-concert (The Kid de Chaplin). À l’opéra il nous donnera à savourer La Péricole d’Offenbach, Coppélia de Léo Delibes, La Flûte enchantée de Mozart, La fille du Régiment de Donizetti, Paillasse de Leoncavallo et Cavalleria rusticana de Mascagni, Madame Butterfly de Puccini, et en juin Carmen. On le retrouvera « en ville » sur une thématique autour de Victor Hugo. Le romantisme envahira le pan symphonique de l’orchestre, Mendelssohn, Schumann, Grieg, Pierre Thilloy (avec une envoûtante Femme Samouraï), Bizet, Saint-Saëns, Gounod, Sibelius, Mozart… à la suite de Goran Bregović et ses Trois lettres de Sarajevo. Les solistes s’accorderont aux inspirations de l’orchestre, Abdel Rahman El Bacha, Éric Le Sage, Maria Milstein, Juan Carmona, Camille Thomas, Leonard Schreiber, Emmanuelle de Negri et bien d’autres, tandis que se succèderont à la tête de l’orchestre Quentin Hindley, Pieter-Jelle de Boer, Jean Deroyer, Gast Waltzing.

Au programme de l’Opéra

Opéra

La Flûte Enchantée mise en scène féérique de Cécile Roussat et Julien Lubek, direction de Hervé Niquet, avec Florie Valiquette, Mathias Vidal, Chantal Santon-Jeffery, 27 au 31 décembre
Diptyque vériste Cavellaria Rusticana / Pagliacci mise en scène Éric Pérez, direction Miguel Campos Neto 6 & 8 mars
Les Petites Noces opéra participatif pour jeune public, mise en scène Gilles Rico, 14 mars
Madama Butterfly mise en scène dans le Nagasaki de 1945 de Daniel Benoin, direction Patrick Davin avec Noriko Urata, 14 mars
Carmen mise en scène « policière » de Paul-Émile Fourny, direction de Samuel Jean, avec Ahlima Mhamdi, Ludivine Gombert, 5 au 7 juin

Symphonique (Orchestre Régional Avignon Provence)
La Femme Samouraï création mondiale de Pierre Thilloy, Gast Waltzing (direction), Masato Matsuura (chorégraphie), 20 mars
L’âme du violoncelle œuvres pour violoncelle et orchestre de Say, Saint-Saëns, Gounod, Julien Leroy (direction), Camille Thomas (violoncelle), 3 avril
Requiem de Saint Saëns, Pierre Guiral (direction), Luc Antonini (orgue), Chœur de l’Opéra et Chœur Régional PACA 12 & 13 juin
Mozart Souverain Symphonie Linz et Messe du Couronnement, Samuel Jean (direction), 12 & 13 juin

Musique de chambre
Récital (Beethoven, Schubert, Schumann) Adam Laloum (piano), 21 janvier
Quatuor Modigliani (Hersant, Debussy, Saint-Saëns), 18 mars
Trio Wanderer (Rachmaninov, Schumann, Beethoven), 4 avril

Théâtre
Monsieur de Pourceaugnac comédie ballet, mise en scène de Raphaël de Angelis, chorégraphie de Namkyung Kim, direction musicale de Benjamin Perrot et Florence Bolton, 6 octobre
Ô vous frères humains d’Albert Cohen, mise en scène d’Alain Timár, 22 novembre
La Légende d’une vie de Stefan Zweig, mise en scène de Christophe Lidon, avec Natalie Dessay, 4 décembre
Le Misanthrope, mise en scène de Peter Stein, avec Lambert Wilson, 2 février
Plaidoiries, mise en scène d’Éric Théobald, avec Richard Berry, 29 mars

Photo : Debora Waldman © Bernard Martinez