Une saison foisonnante au Théâtre de Grasse

De l’humain avant toute chose

Une saison foisonnante au Théâtre de Grasse - Zibeline

Devant les remuements tragiques du monde, Jean Florès, directeur du Théâtre de Grasse souligne avec force à quel point « éducation et culture doivent être les remparts indéfectibles » contre la barbarie. Riche et éclectique, parsemée de temps forts, la saison 2016-2017 s’annonce particulièrement foisonnante, avec près de cinquante spectacles. Un pan essentiel s’adresse au jeune public (pas moins de onze spectacles recommandés) ; des partenariats forts entre le Théâtre et l’Éducation Nationale, permettent parcours artistiques et culturels tout au long de l’année avec collèges et lycées, mettant en avant ateliers de pratique, participation aux évènements phares de l’année et possibilité d’assister à de nombreux spectacles. Ainsi, comme en 2015, les élèves prendront part au projet Babel Impro Méditerranée, qui, tout au long de l’année, offre ses surprises, soirées impro, spectacles, week-end dédié aux compagnies locales, week-end Tchatche (voir p 93), stages, workshops, le tout en cinq langues de pays de Méditerranée, Espagne, Italie, Maroc, Israël, France, lors d’une journée marathon en lycée, avec la Cie Combats absurdes. Trente classes bénéficieront aussi d’ateliers de danse contemporaine avec la Cie Humaine. L’éducation artistique commence d’ailleurs en amont avec la Charte du Jeune Public (à méditer même pour les plus grands !).

Autre évènement, la reprise d’Ouvert la Nuit, (couronné de succès en 2014), Marathon (qui dit que cette course prend ses origines en Attique ? spécialité grassoise assurément !) de lectures, qui réunit lycéens, auteurs, lecteurs amateurs et comédiens chevronnés, autour des mots de la Babel méditerranéenne. Le tout encadré avec finesse et efficacité par Michel Bellier et Joëlle Cattino (Cie Dynamo Théâtre).

Toutes les formes et les genres se rencontrent dans ce théâtre, cœur vivant de la ville, parfums de musiques, avec le fado de Mísia, l’humour du Concerto a Tempo d’Umore, le Carnaval des animaux, version jazz, la Misa Criolla, la générosité des chants de la Cie Rassegna, le mythique afro-jazz de Fatoumata Diawara, le ciné-concert Le Dernier des Hommes par Cartoun Sardines Théâtre ; arabesques des danses du Jeune Ballet de Cannes, de la Cie Grenade, de Bérengère Andréo, ou d’Akhram Khan Company, mais aussi le hip hop d’Opus 13, le Rock’n chair de la Cie F et le réjouissant Tutu de la Cie Chicos Mambo (voir p 86) ; rires au fil des spectacles reliés sous la dénomination Grasse Comedy Club, art circassien avec l’époustouflante Cie des Objets volants ou les clowns de BP Zoom, projections d’opéra… ; et une ébouriffante palette de pièces qui explorent registres et genres, explorant inlassablement notre relation au monde et à nous-mêmes, démontant les clichés, depuis Raging Bull (Jake Lamotta) à La femme rompue (Simone de Beauvoir), du Mariage de Figaro (mis superbement en scène par Agnès Régolo) au Zigzag de Xavier Lemaire… et les tarifs sont vraiment très doux, avec une attention particulière à la solidarité et aux familles.

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2016

Théâtre de Grasse, Grasse
04 93 40 53 00 / theatredegrasse.com

Le mariage de Figaro mise en scène Agnès Régolo-©Raphael Arnaud

Théâtre de Grasse
2 avenue  Maximin Isnard
06130 Grasse
04 93 40 53 00
http://www.theatredegrasse.com/