Au Pavillon Noir la danse se glisse dans les courts-métrages

Danses en courtsVu par Zibeline

• 6 mai 2020⇒11 mai 2020 •
Au Pavillon Noir la danse se glisse dans les courts-métrages - Zibeline

Cette semaine (et ce jusqu’au 11 mai), les courts-métrages chorégraphiés par Angelin Preljocaj nous sont proposés. Rétrospective qui nous plonge dans l’univers multiple du chorégraphe du Pavillon Noir.

Œuvre de 1988, Les Raboteurs s’inspire du tableau de Gustave Caillebotte, et doit sa réalisation à Cyril Collard sur une commande du Musée d’Orsay. Les gestes de la danse croisent ceux du peintre, aboutissant les uns et les autres à cette épure du mouvement qui donne du sens à la matière. Un Trait d’union (pièce entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra national de Paris en 2003) est une œuvre de jeunesse du chorégraphe (créée en 1989), superbe pas de deux dont l’interprétation demande prouesses physiques et expressivité aux danseurs (voir critique Zibeline). Dans le cadre de la série Lettres d’Amérique, naissent deux petits bijoux, Le Postier et Idées noires (1991) à déguster en rêvant d’évasion. Chacun de ces courts métrages a collectionné prix nationaux et internationaux, et il est juste à regretter de ne pas avoir la possibilité de les regarder plus souvent !

MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2020

preljocaj.org

Photographie : Trait d’Union © Jean-Claude Carbonne