Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Dansem, un cru mature, du 21 novembre au 16 décembre à Marseille, Aix-en-Provence, Vitrolles

Dansem d’hier et d’aujourd’hui

• 21 novembre 2017⇒16 décembre 2017 •
Dansem, un cru mature, du 21 novembre au 16 décembre à Marseille, Aix-en-Provence, Vitrolles - Zibeline

La 20e édition de Dansem est un cru mature, le reflet de la mémoire de ce qu’il a été et une invitation à ce qu’il adviendra.

La programmation de Cristiano Carpanini, fondateur de Dansem, témoigne de la présence des artistes tout au long de son histoire, de son ouverture sur la chorégraphie de demain, de la fédération de partenaires culturels et de compagnies du territoire autour du festival. Une édition riche de multiples écritures chorégraphiques, nationalités et potentialités à développer encore pendant 20 ans… si les soutiens financiers et structurels perdurent. Avec des subventions en baisse (15 000 euros de la Région et 5000 euros de la Ville de Marseille cette année), « L’Officina* doit renouveler sa manière de travailler pour pouvoir continuer ses activités et sa capacité à accompagner les artistes » concède Cristiano Carpanini. Jamais à cours de perspective : « Nous avons envie de construire notre parcours, autonome, au sein d’un équipement qui pourrait nous permettre de développer nos projets car la présence de Dansem fait sens ». Ni d’interrogation : « Doit-on continuer à travailler sur le même territoire géographique (le bassin méditerranéen, ndlr) comme on le fait depuis 20 ans, alors que celui-ci est aujourd’hui investi par d’autres ? »…

4 semaines intenses

Le parcours 2017 est émaillé de belles retrouvailles et autant de découvertes. Radhouane El Meddeb inaugure Dansem de manière personnelle avec À mon père, une dernière danse et un premier baiser, solo dansé dans un espace scénographique particulier sur des extraits des Variations Goldberg de Bach interprétées par Glenn Gould. Dans cette même veine, We Wait in the Darkness de la chorégraphe américaine Rosy Simas -dont c’est la première venue en France- développe un travail expressif autour de la mémoire familiale, sensorielle et culturelle sur une composition originale de François Richomme, collaborateur notamment de Fabrice Ramalingom. La deuxième semaine est d’une autre nature avec un focus sur l’histoire du festival. Les catalans Maria Munoz et Pep Ramis créent une poésie chorégraphique, Le Cinquième hiver, sur des textes d’Erri De Luca, tandis que la danseuse-chorégraphe s’empare du Clavier bien tempéré de Bach dans un solo où l’action dansée prévaut. Préparé en résidence l’an passé, Les Architectes de Youness Atbane et Youness Aboulakoul se joue du milieu de l’art contemporain et de ses codes à travers un travail sur la relation entre rêves et objets. Fidélités encore avec, le temps d’une même soirée, le 4e épisode d’une série de performances chorégraphiques d’après un roman de Kathy Acker par Mathilde Monfreux, Ackerisme 4 – Effets du réel et de l’imaginaire, inspiré par « la multiplicité des formes, la grande liberté de style et d’expression qui interroge (sa) pratique de la danse ». Lui succèdera la création Impact ! de Marc Vincent, 2e épisode d’une trilogie dont Dansem avait présenté Distant, qui dessine des entrelacs constants entre les cinq interprètes.

Autres univers et autres couleurs la troisième semaine en présence de deux artistes majeurs de la scène internationale : le marocain Radouan Mriziga, de retour à Marseille avec sa première pièce, 55, qui utilise son corps comme instrument de mesure du temps et de l’espace, et l’italien Alessandro Sciarroni pour un double programme performatif (l’objet scénique Aurora et l’exploration intérieure Don’t be frightened of turning the page) et filmique (Aurora de Cosimo Terlizzi). Enfin, pour clôturer le festival, Cristiano Carpanini a choisi de mettre en lumière la Cie Ex Nihilo « qui a construit avec nous le festival et participé à l’aventure » en présentant sa création Iskanderia Leh ?. Sans oublier l’exposition Chacun sa place du Collectif Ko.Com, l’étape de travail One Lillte Finger de Iacopo Fulgi et Yendi Nammour et la performance-projection Sahman-Grenze-Kuş de Jasmin Ihraç accueillie par La Zouze en résidence.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Novembre 2017

* Atelier marseillais de production

Dansem
21 novembre au 16 décembre
Marseille, Aix-en-Provence, Vitrolles
04 91 55 67 76
dansem.org

Photo : Le Cinquième hiver, Mal Pelo © Jordi Bover