Le programme 2016-2017 de Montpellier Danse

Danse en pointures

Le programme 2016-2017 de Montpellier Danse - Zibeline

Sur la lancée de ses déclarations largement relayées cet été après le Festival, le directeur de Montpellier Danse (festival et saison) Jean-Paul Montanari, s’il tape un peu moins fort, continue cependant d’enfoncer le clou lors de la présentation de la saison. La danse contemporaine, celle née dans les années 70, ne serait certes pas morte, mais en pleine mutation.

Toute une génération s’est éteinte, avec les disparations de Cunningham, Bausch ou Béjart. Réunir 2000 spectateurs dans la salle du Corum, les sentir vibrer ensemble, les voir se lever à la fin de la représentation, transportés par les applaudissements ininterrompus pendant des minutes entières, serait aujourd’hui beaucoup plus difficile. Ce n’est pas la qualité des artistes d’aujourd’hui qui est mise en cause, mais la difficulté à créer ces larges consensus majeurs autour d’un nom.

Le festival 2016 a marqué une baisse de la fréquentation, liée certainement au climat d’angoisse provoqué par la situation tendue de l’été. Il a fallu, pour cette saison qui s’annonce, s’en remettre aux valeurs sûres d’aujourd’hui. Et il en reste encore, le programme 16/17 l’atteste.

D’abord, un détour vers le classique. Le spectacle inaugural associe le Ballet du Capitole de Toulouse et l’Orchestre National de Montpellier, pour l’une des pièces les plus dansées au monde, Giselle, revisitée par Kader Belarbi, directeur de la danse au Capitole. Les deux anciennes régions fusionneront ainsi symboliquement, dans un spectacle qui devrait contenter un public friand de « danse dansée ».

Du hip-hop ensuite. En effet, ce courant devient finalement l’un des plus populaires de la danse actuelle, réunissant de larges publics enthousiastes. Mourad Merzouki (compagnie Käfig) propose un Répertoire #1 : morceaux choisis de neuf spectacles puisés dans les créations Käfig et quatre autres chorégraphes hip hop. La compagnie japonaise Sankaï Juku revient avec sa dernière pièce, Meguri, une nouvelle déclinaison de la danse crépusculaire du Butô. Montalvo, Découflé (en solo) et pour finir Hamid el Kabouss complètent le programme.

ANNA ZISMAN
Octobre 2016

Montpellier Danse, Montpellier
0 800 600 740 montpellierdanse.com

Photo : Répertoire #1 – Mourad Merzouki © Gilles Aguilar