Le Ballet Preljocaj "hors les murs" du Pavillon Noir pour nos petits écrans

Danse en pantouflesVu par Zibeline

• 30 mars 2020⇒30 avril 2020 •
Le Ballet Preljocaj

Ou pieds nus ou en chaussures de ski, vous êtes chez vous, donc libres de faire ce que vous voulez ! Le Ballet Preljocaj ouvre ses portes au virtuel et nous donne accès à l’envers du décor grâce à des vidéos qui livrent les clés de ses spectacles.

Première découverte, celle de Winterreise, créé en 2019 sur le cycle du Voyage d’hiver de Franz Schubert avec douze danseurs et l’accompagnement sur scène par le baryton basse Thomas Tatzl et le piano-forte de James Vaughan, tous deux de la Scala de Milan (critique de Zibeline ici). Entre extraits de la chorégraphie (donnée du 24 au 27 septembre 2019 au GTP) et explications fines du chorégraphe Angelin Preljocaj, directeur du Ballet éponyme, nous revivons ou découvrons cette œuvre toute d’émotion où le voyage est intériorisé avec maestria (lire la critique ici).

Autre pépite, disponible en replay, le documentaire Danser sa peine de Valérie Müller, (disponible jusqu’au 26 avril sur france.tv) récompensé du Grand Prix du FIPADOC 2020 dans la catégorie « Documentaire National ». Le film s’attache à suivre des femmes incarcérées à la prison des Baumettes durant les quatre mois au cours desquels elles suivent l’atelier de danse du chorégraphe Angelin Preljocaj. À la fin, elles se produiront « hors les murs », sur les scènes du Pavillon Noir à Aix-en-Provence et au Festival international de la danse de Montpellier. Pas de jugement ni de vision surplombante dans ce travail qui nous donne un regard d’une belle justesse sur l’enfermement, l’appropriation d’un nouveau langage (aucune d’entre elles n’avait dansé auparavant), grâce à deux séances par semaine. S’entrelacent les paroles des uns et des autres, la progression du travail, des corps qui trouvent un réel chemin de création artistique, exigeant, et porteur de sens.

Maryvonne Colombani
Mars 2020

preljocaj.org

Photographies
Winterreise, Ballet Preljocaj © JC Carbonne
Danser sa peine (c) JC Carbonne