Les grandes figures de la Méditerranée se donnent rendez-vous sur la toile du Mucem

Dans l’expectative du renouveauLu par Zibeline

• 11 mai 2020⇒11 juillet 2020 •
Les grandes figures de la Méditerranée se donnent rendez-vous sur la toile du Mucem - Zibeline

Le Mucem, toujours fermé même le premier jour du déconfinement -la culture étant le parent pauvre des réouvertures-, continue inlassablement d’offrir en ligne de nouveaux contenus, joue de nos étonnements, s’essaie à nous conter des merveilles, et à nous permettre, au cœur de ce que nous vivons, de faire le pas de côté qui autorise la distanciation nécessaire à l’humour et à la réflexion.

Désormais familiers des voyages dans les collections (cette semaine, place aux célébrités et aux objets de culte du star-system), du musée à la maison, des trésors domestiques (inattendus regards sur les objets parfois fanés de nos quotidiens), de l’hebdomadaire rébus, nous sommes invités, habitants des villes comme des campagnes à suivre les « Tutos jardinage » de Jean-Laurent Felizia, paysagiste du Jardin des Migrations. Les saints de glace sont juste passés, à vos semis pour l’été !

Un nouveau cycle de conférences et de rencontres, présenté à l’ouverture du Mucem en 2013, Les Porteurs de rêve, dans la dynamique de l’exposition Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen, nous est rendu accessible. Y sont convoqués de grandes figures de la pensée, de la littérature et de la politique, inspirés par la Méditerranée, entre les XVIIIe et XXe siècles. On (re)découvre Rifâ’a Râfi’ al-Tahtâwi, le Montesquieu arabe, grâce à l’historienne Leïla Dakhli, les Saint-Simoniens (ou Les noces de l’Orient et de l’Occident) avec Michel Levallois, président de la Société des études saint-simoniennes, le poète d’Alexandrie, Constantin Cavafis, avec l’écrivain et chroniqueur au journal Ta Néa à Athènes Takis Théodoropoulos, le romancier, essayiste et critique littéraire, Taha Hussein, avec Amina Taha-Hussein Okada, conservateur en chef au musée des arts asiatiques Guimet à Paris, ou encore une étude de Nietzsche, « le gai savoir et Carmen », par Paolo D’Iorio, musicien, philosophe, directeur de recherche à l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS/ENS), et une autre sur Benito Mussolini et le mythe de la romanité par Luciano Marrocu, historien, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Cagliari.

Enfin, il nous sera possible de feuilleter en accès libre l’ouvrage Les Porteurs de rêve coédité par les éditions du Mucem et les éditions Textuel, en regard de l’exposition Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen

MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2020

www.mucem.org

Visuel : Les Porteurs de rêves, coédition Mucem, éditions Textuel

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org