Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Bernardines, Grand Théâtre, Gymnase, Jeu de Paume, quatre théâtres aux ambitions éclectiques

Créer, transmettre

• 18 octobre 2016⇒18 juillet 2017 •
Bernardines, Grand Théâtre, Gymnase, Jeu de Paume, quatre théâtres aux ambitions éclectiques - Zibeline

La programmation des Théâtres est à la hauteur des quatre lieux qu’elle anime, fidèle aux compagnonnages initiés, novatrice dans ses aspirations, soutien de créations, d’accompagnement, de transmission.

Une articulation autour de Temps forts

Après le week-end inaugural des quatre créations (Zibeline 99), et la coréalisation d’Actoral avec Hubert Colas et un temps fort sur la création Belge (jusqu’au 15 octobre), les Théâtres accueillent le Jeune Public en partenariat avec Mômaix (voir p 21), célèbrent Noël* avec une Cendrillon chorégraphiée par Malandain (Ballet de Biarritz), l’Orchestre Français des Jeunes (qui fête ses dix ans de résidence au GTP), Jessye Norman, le jeune Chœur Hysope de Bruno Astier (soutenu par le GTP), le Choir of St. John’s College ou Les Festes d’Orphée, sans compter

le duo cocasse de Dino et Shirley, ou la pièce de Christophe Honoré, Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, Surtout lorsqu’il n’y est pas (quel titre !). Le Festival Parallèle, élaboré avec Lou Colombani revient en janvier (du 25 au 27) pour la dixième année avec des artistes soutenus par la plateforme KOMM’N’ACT et met en avant la jeune scène contemporaine internationale. Le Festival de Pâques, sous la direction artistique éclairée de Renaud Capuçon, décline l’exception avec 22 concerts parmi lesquels on retrouve les noms de Nelson Freire, Charles Dutoit, John Eliot Gardiner, Khatia Buniatishvili, András Schiff, Jean-Yves Thibaudet… Le Cirque connaît lui-aussi un traitement particulier avec un temps fort articulé autour de la Cie Les 7 Doigts de la main et leurs spectacles Réversible et Triptyque. Cette dernière création associe le cirque à la danse avec les chorégraphes Marie Chouinard, Victor Quijada, Marcos Morau, Isabelle Chassé et Samuel Tétreault.

Un nouveau Label Marseille-Paris Théâtre, en collaboration avec trois théâtres parisiens dirigés par Richard Caillat, est mis en place et permet de recevoir de nouveaux rendez-vous,

comme L’envers du décor de Florian Zeller avec Daniel Auteuil, ou Momo de Sébastien Thiéry avec Muriel Robin et François Berléand (ces deux spectacles seront donnés « hors les murs » au Silo). Porte ouverte, enfin, aux grands théâtres nationaux pour la clôture de saison, avec Stanislas Nordey et l’équipe du théâtre national de Strasbourg (Eric von Stroheim) et Stéphane Braunschweig et le théâtre de l’Odéon, Théâtre de l’Europe, (Soudain l’été dernier).

Fidélité

De l’accueil en résidence à la production déléguée, de nombreux artistes et formations ont trouvé un foyer au sein des Quatre Théâtres : Argyro Chioti, que l’on a applaudie l’an dernier lors du Festival Parallèle, revient avec Apologies ; Clara Le Picard (seule artiste de la région en création jeunesse à Avignon cette année) s’inspire du conte cruel de Barbe Bleue en une mini comédie musicale, De l’imagination ; Maëlle Poésy reprend Ceux qui errent ne se trompent pas (festival d’Avignon 2016) ; quatre ensembles de musique, Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix, La Chambre Philharmonique, L’Orchestre Français des Jeunes, Café Zimmermann, habitent les scènes qui les soutiennent avec ferveur. Une aide continue d’être apportée à ceux qui ne présentent pas de spectacle cette année, afin de leur permettre de poursuivre leur belle démarche de création (Marie Provence, Élise Vigneron, et sequor).

Transmission et accompagnement sont les maîtres mots, mis en œuvre par exemple avec Renaud Capuçon qui soutient la nouvelle génération d’instrumentistes (Orchestre de Lausanne et son jeune chef, Joshua Weilerstein)…

Un éclectisme de qualité

Tous les genres se donnent rendez-vous dans les Théâtres: au GTP, musique classique ou rock, danse, cirque, avec des pépites comme Slava’s Snowshow de Slava Polunin (poésie et magie servies par ce grand clown !), La grenouille avait raison, délicate création de théâtre chorégraphique de James Thierrée, le piano magistral de Maria João Pires et le Scottish Chamber Orchestra, celui de « l’enfant terrible du piano turc », Fazil Say, et celui jazz virtuose de Roberto Fonseca et son Septet ; en création, La Création (sic) de Haydn entre La Fura dels Baus (Cie catalane de théâtre) et Insula Orchestra dirigé par Laurence Equilbey, ou le bouleversant Cassandre d’après Christa Wolf, interprété par Fanny Ardant ; au Gymnase et au Jeu de Paume, le théâtre trouve un écrin de choix où La résistible ascension d’Arturo Ui de Brecht prend un relief particulier avec Philippe Torreton ; le théâtre des Bernardines se concentre sur des formes plus intimes, ainsi, la prodigieuse récitation de

Virgile, Énée, (Chants I et II) par Miloud Khétib

Du théâtre pour tous

Un bel effort est mené en direction de tous les publics, que ce soit dans la gestion de la grille tarifaire, qui propose aux moins de 30 ans, aux étudiants, aux familles et aux groupes des tarifs préférentiels qui mettent la place de théâtre au prix d’une place de cinéma ; les associations à vocation sociale (en partenariat avec l’Assami) bénéficient aussi d’un tarif préférentiel et d’un accompagnement. Séniors et spectateurs solidaires peuvent se retrouver pour aller ensemble au théâtre. Langue des Signes Française et audiodescription sont accessibles pour certaines pièces… le théâtre se déplace auprès des publics empêchés, d’où la naissance du projet HEKO (avec l’Assami), qui rend les Théâtres partenaires des dispositifs de fin de vie et de soins palliatifs.

Structurer l’espace

La culture devient aussi essentielle dans la structuration, non seulement des êtres, mais de l’espace physique. Dans le cadre du projet de quartier du 1er arr. de Marseille, où le Gymnase déjà théâtralise la rue du Théâtre Français par l’enseigne visible depuis la Canebière, le kiosque à journaux des Bernardines « a du talent » et s’ouvre à des petites formes de conte, de lectures, offertes aux enfants (souvent dans le cadre scolaire, histoire de se réapproprier l’espace public) et aux passants. Les artistes s’extraient des cadres conventionnels et essaiment. Doucement la poésie habite les rues et rend la ville à elle-même…

MARYVONNE COLOMBANI
Octobre 2016

*attention : les Folies Foraines sont annulées

Gymnase, Bernardines, Marseille

GTP, Jeu de Paume, Aix-en-Provence
08 2013 2013 lestheatres.net

La Grenouille avait raison, James Thierrée © Hugues Anhes


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net

Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/


Théâtre du Gymnase
4 rue du Théâtre Français
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/


Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/