La saison 2020-2021 de La Garance, scène nationale de Cavaillon

Créations à CavaillonVu par Zibeline

• 13 novembre 2020 •
La saison 2020-2021 de La Garance, scène nationale de Cavaillon - Zibeline

La scène nationale des portes du Luberon ne baisse pas les bras et mise sur la création.

La Garance, seule scène nationale du Vaucluse, a tenté comme les autres structures culturelles de soutenir les artistes et tout l’écosystème qui leur permet de créer, notamment les techniciens intermittents. Les temps sont durs, mais ce n’est pas le moment de baisser les bras, ainsi que le souligne le directeur, Didier Le Corre, dans l’édito du programme 2020-2021. À Cavaillon, ce soutien passera par les résidences : sept compagnies -ZeC, Village Pile-Poil, le Ballet National de Marseille, T.A.C. Théâtre, Anima Théâtre, le Théâtre du Rivage, Tourneboulé- seront accueillies durant la saison pour poursuivre leur travail. Et par la programmation de créations : douze, cette année. Au nombre desquelles Rebetiko, odyssée en musique portée par le metteur en scène Yiorgos Karakantzas, en quête de ses racines grecques. Le cabaret des absents de François Cervantes, histoire d’un riche industriel qui sauve de la destruction le Théâtre du Gymnase à Marseille (toute ressemblance avec des faits réels n’est pas fortuite). Comme un vent de noce, séance de théâtre participatif où les spectateurs répondront à l’invitation de Pascale Danielle-Lacombe « dans un mélange de vie réelle et de fiction », mêlés à ses huit comédiens, lors d’un mariage qui culminera en bal. L’adaptation par Pauline Bayle du monument balzacien, les Illusions perdues. Ou encore, pour les tout jeunes, Click ! de Skappa et Associés, sur la première représentation que se fait de lui-même un enfant.

Formats nouveaux et tournées Nomade(s)

S’il va falloir faire preuve d’endurance face aux incertitudes sanitaires, ce n’est pas une raison pour se replier sur ses acquis. La Garance ouvrira ses planches à des formats encore peu pratiqués, mais qui rencontrent à chaque fois un public curieux. Ainsi du Radio Live proposé le 13 novembre par deux journalistes, Aurélie Charon et Caroline Gillet, épaulées de la dessinatrice Amélie Bonnin. Une séance d’information en direct sur la jeunesse de Méditerranée et d’ailleurs, rythmée par Nevché. Ou bien le Furieux désir de bonheur attisé par Olivier Letellier dans une hybridation de danse-cirque-théâtre.

Depuis 20 ans, l’équipe de la scène nationale emmène les artistes à la rencontre des spectateurs, dans les villes et villages du Vaucluse, avec des suggestions émoustillantes. Ce sera particulièrement le cas cette année, où tout le monde a bien besoin de se retrouver. Rien de mieux que la présence de clowns pour cela ! Participeront aux tournées Nomade(s) ceux de la Cie Zec, également acrobates, jongleurs, musiciens… Puis le constructeur de pyramides à base de seaux Bakéké, en janvier, dans le cadre de la Biennale internationale des arts du cirque. Et surtout l’exceptionnelle Véronique Tuaillon avec More Aura en février, notre coup de cœur lors du festival gapençais Tous dehors (enfin) ! en 2018).

Sachez enfin que la Garance réserve à son public bien des moyens d’approfondir l’émotion des spectacles, via des stages et ateliers. Foncez si vous voulez vous initier au Rebetiko, au hula hoop ou à la langue des signes. Chaque compagnie de danse au programme, notamment – BNM, Kelemenis, Maguy Marin – fera ainsi découvrir son univers chorégraphique.

GAËLLE CLOAREC
Septembre 2020

Photo : More Aura © Vincent Vanhecke

La Garance
Scène nationale de Cavaillon
Rue du Languedoc
84306 Cavaillon
04 90 78 64 64
www.lagarance.com