Le Mois de la jeune création organisé par le Théâtre Nono à Marseille, jusqu'au 30 novembre

Création émergente au Nono

• 5 novembre 2019⇒30 novembre 2019 •
Le Mois de la jeune création organisé par le Théâtre Nono à Marseille, jusqu'au 30 novembre - Zibeline

Depuis 2 ans, et l’installation dans leur nouveau lieu, les Nono ont instauré un temps fort consacré à la création émergente. Le Mois de la jeune création offre à de jeunes chorégraphes, auteur.es et metteur.es en scène un espace où répéter et jouer, et au public l’occasion de découvrir leurs créations.

Le 7 novembre, double soirée dédiée à la danse, avec le solo d’Adel El Shafey, Logos, dans lequel le danseur et chorégraphe évoque la radicalisation et les discours des fondamentalistes, jusqu’à la transe, et le duo formé par Sandra Français et Chiara Montalbani, Onkalo, du nom du site d’enfouissement de déchets nucléaires construit en Finlande. Danse encore le 23 novembre avec deux propositions : celle de la Cie belge Tumbleweed, The Gyre, qui fait de l’action de marcher un tournoiement inlassable qui finira par unir les corps des deux interprètes ; et Off Cells, solo de Sara Lupoli dont le corps se laisse deviner et se dessine, entre ombres et lumière. Le 9 novembre place au théâtre avec En réalités, de la Cie Courir à la catastrophe, dans une mise en scène d’Alice Vannier d’après La Misère du monde de Bourdieu. Six comédiens, tour à tour sociologues et interviewés, rendent compte d’une misère sociale, professionnelle et personnelle toujours là, et bien là.

La musique n’est pas en reste ! Le Théâtre Nono s’associe à l’Université Aix-Marseille, et son orchestre symphonique (rassemblant étudiants et membres du personnel) dirigé par le jeune chef d’orchestre marseillais Sébastien Boin, pour le concert Symphonie Pastré avec des œuvres de Stravinsky, Prokofiev et Boulez (15 novembre). Le lendemain, le chanteur et musicien tunisien Haythem Hadhiri sera entouré de chorales marseillaises et de musiciens traditionnels pour un voyage musical transculturel qui croisera des textes religieux et mystiques de différentes religions et langues. La dernière soirée, le 30 novembre, sera dédiée à Israël, avec un Cabaret klezmer réunissant Marco Quesada et de jeunes musiciens de la région spécialistes du genre, et la pièce dansée de Thibaut Eiferman, HHH (Hand Heart Head), qui mêle corps réels et artificiels pour questionner l’intime et l’essentiel.

DOMINIQUE MARÇON
Novembre 2019

Jusqu’au 30 novembre
Théâtre Nono, Marseille

Photo : En réalités, Cie Courir à la catastrophe -c- Patrick Berger