Vu par Zibeline

Tisser des liens : l'art contemporain se réapproprie le textile

Cousu main !

Vérifier les jours off sur la période
Tisser des liens : l'art contemporain se réapproprie le textile - Zibeline

Si les artistes contemporaines se réapproprient le textile, ce n’est pas pour attendre le retour de leur bien-aimé… C’est pour tisser des récits singuliers en rapport à l’intime ou au lien social ; pour repenser la matière, la couleur, l’espace, la lumière à travers leur pratique de la broderie, du découpage, du collage, de la photographie, de l’image vidéo. Vaste corpus fictionnel qui emprisonne dans sa toile d’araignée des bribes de leurs histoires.

Au fil du temps est la première parenthèse de l’exposition Tisser des liens conçue par Crystel Roy et Caroline Clément sur le temps et la mémoire, bientôt suivie d’une Carte blanche à Aïcha Hamu (29 juin/29 septembre) et de À fleur de peau autour de la présence du corps, voilé/dévoilé, de l’identité et de l’intime (12 octobre/31 décembre). Dans les salons de l’hôtel particulier au parfum suranné, la figure de Neptune peint au plafond est une merveilleuse source d’inspiration pour Marie Ducaté qui réalise une œuvre en miroir en résille de calque synthétique découpé à la main : «Un vrai travail de Pénélope ! Avec ce matériau, je peux imaginer chaque fois des choses différentes et concevoir des œuvres in situ.» D’où cette impression, paradoxale, d’avoir toujours été là. Du sur mesure encore, avec l’installation vidéo et rétroprojection d’Anne-Marie Pécheur, Rose Rose, qui joue des anamorphoses de la lumière et des couleurs pour dire combien les roses sont éphémères. De fil en aiguille Carole Benitah envahit le dessus de cheminée, les vitrines et les murs de ses photographies rebrodées de soie rouge qui «neutralise la forme, gomme les silhouettes», met sous globe des sculptures en cheveux considérés comme des «fétiches, des objets de plaisir». Évocation voilée d’une enfance tourmentée… Les deux Toison d’or de Michèle Sylvander se font face, antichambre à la ville utopique de Aïcha Hamu composée de 23 modules de jardins suspendus, tandis que dans La chambre du secret, Isa Barbier chuchote aux oreilles de Louis et Lucrèce, les amants du Pavillon de Vendôme.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2013

Tisser des liens

Dans le cadre d’Ulysses, itinéraire d’art contemporain

jusqu’au 16 juin

Pavillon de Vendôme, Aix

04 42 91 88 75

www.mairie-aixenprovence.fr


Pavillon Vendôme
13 Rue de la Molle  – 32 rue Célony
13100 Aix-en-Provence
04 42 91 88 75
http://www.mairie-aixenprovence.fr/Pavillon-Vendome