Pour ses 15 ans, Chinese Man Records sort The Groove Sessions volume 5

Cocktail d’anniversaire pour la bande du Chinois

• 14 mars 2020, 21 mars 2020 •
Pour ses 15 ans, Chinese Man Records sort The Groove Sessions volume 5 - Zibeline

Pour fêter les quinze ans de son label, Chinese Man invite les groupes Scratch Bandits Crew et Baja Frequencia à une création commune.

Quoi de plus vivifiant qu’un séjour au vert devant les années qui défilent ? À l’occasion du quinzième anniversaire de Chinese Man Records lancé en 2004, le groupe éponyme avec Scratch Bandits Crew et Baja Frequencia, les deux autres formations majeures du label, se sont retrouvés pendant dix jours dans les Cévennes pour faire éclore leur nouveau projet. « On s’est enfermés dans une maison isolée de tout, dans laquelle on a construit trois studios éphémères. Le but était qu’à la fin de la session on ait les maquettes de nos futurs morceaux », explique Supa-Jay, membre de Scratch Bandits Crew, basé à Lyon. Si les artistes réunis ont déjà tous travaillé les uns avec les autres, à l’occasion d’un morceau ou d’un remix, c’est en revanche la première fois qu’ils participent tous ensemble à la création commune d’un album complet. « Nous voulions profiter de la fraîcheur et de la spontanéité que pouvaient générer des combinaisons inédites. »

Cadavre exquis

« C’est un peu un cadavre exquis, complète Sly de Chinese Man. On a voulu casser les groupes en faisant plusieurs binômes pour commencer les premières pistes de chaque titre. Au bout de plusieurs années d’expérience, on avait des mécanismes, un style de musique dans lequel on se sent à l’aise. L’intention était de sortir de notre confort, de remettre en question nos façons de produire et de composer, que chaque groupe s’inspire des autres. À la mi-journée, on faisait un point et deux autres personnes prenaient la suite de ce qui avait été fait dans la matinée. » Lors d’une deuxième session de trois jours, des MC du label ou proche de lui ont procédé en suivant la même méthode pour écrire et enregistrer. « Au final, tout le monde aura contribué à une étape de chaque morceau. On ne savait pas ce que ça allait donner. À la fin, il s’avère qu’on avait quinze titres que l’on pourrait développer et qui feraient sens dans un album. » Quelques mois d’arrangements et de mise en forme plus tard, sans toucher aux jalons posés, The Groove Sessions volume 5 était né.

Rencontre humaine

C’est en prenant le temps de tisser des liens solides que Chinese Man Records procède pour accueillir ses nouvelles recrues. Si Scratch Bandits Crew existe depuis 2002, ce n’est qu’en 2015 qu’ils signent chez le Chinois. Intégrés en 2017, les Marseillais de Baja Frequencia côtoyaient la fine équipe depuis déjà une dizaine d’années. « C’est souvent le même schéma quand des artistes nous rejoignent. Il y a d’abord une rencontre humaine et une affinité musicale. Si ça fonctionne, cela se finit généralement par des projets communs », raconte Sly. S’ils ne revendiquent pas d’esthétique musicale commune, ils considèrent parler « le même langage », venant tous de deux mêmes univers : le hip-hop pour certains, la musique électronique pour d’autres. « On fait tous également partie de la génération Internet où tu peux produire et diffuser toi-même. » Une même façon d’envisager la musique qu’ils qualifient de « Do it yourself. On est arrivés à une époque où le schéma classique de devoir signer chez une grosse maison de disque était déjà presque obsolète ». À ces points de convergence s’ajoute une culture partagée, celle du DJ, constituée de mélanges et de samples.

Tube viral

Au sein de Chinese Man, la rencontre s’est faite dès le lycée, à Aix, entre Sly et Matteo, avant que High Ku les rejoigne plus tard à l’université. DJ Shadow, premier musicien à faire du rap sans MC provoque le déclic. « On faisait tous de la musique séparément. On s’est dit : pourquoi ne pas essayer de faire des morceaux ensemble pour voir ce que ça donne ? » Ninja Tunes et Warp, leurs modèles en termes de label, les motivent à choisir le format collectif où l’identité du label est peut-être encore plus importante que celle des groupes. Tout ira relativement vite. 2004, sortie du premier vinyle et 2007, celle du premier volume des Groove Sessions, compilation des créations musicales du label à un instant t, parmi lesquelles figure le titre I’ve got that tune, choisi par une célèbre marque voiture allemande comme bande-son d’une publicité. Le tube du Chinois devient viral avec 34 millions de vues ! En 2008 démarre une tournée en Asie. Et trois ans plus tard sort le premier album, Racing with the sun, qui devient double disque d’or. La même année, Deluxe, autre groupe aixois au succès fulgurant, rejoint le label qu’il a depuis quitté. À l’occasion des dix ans de Chinese Man records, les deux formations remplissent quinze Zénith dans toute la France.

En tournée

Pour défendre leur dernière et particulière Groove Session, la scène paraît une évidence. « Ce sera un show intense et global, dans lequel nous six derrière nos machines sommes immergés dans un environnement d’écrans mobiles tandis que les MC Youthstar et Miscellaneous sont sur le devant de la scène. » Fidèles à leur principe de proposer un spectacle autant visuel que sonore, ils n’en dévoileront pas davantage. Après une première date à Marseille, au Moulin, le 12 mars, ils vont sillonner les salles de France pendant au moins un mois. « Nous avons fait le choix de jauges qui nous correspondent, entre 1000 et 2000 places, parce que le spectacle a besoin de se faire et par soucis de proximité avec le public. »

LUDOVIC TOMAS
Mars 2020

Photo : Chinese Man  ©Damien Chamcirkan

Concerts à venir
14 mars, Salle de l’EtoileChâteaurenard
21 mars, Domaine d’OMontpellier
chinesemanrecords.com

Domaine d’O
178 rue de la Carriérasse
34090 Montpellier
0800 200 165
domainedo.fr