Un mois de cirque sur tout le territoire MP2013

Cirque en capitales

Vérifier les jours off sur la période
Un mois de cirque sur tout le territoire MP2013 - Zibeline

C’est le premier temps fort de l’année capitale. Juste après le week-end d’ouverture, du 24 janvier au 24 février, le cirque mettra en fête le territoire avec plus d’une cinquantaine de spectacles, de La Seyne à Arles

Art jeune, par son histoire toute récente, l’âge de ses artistes mais aussi de son public, le cirque nouveau aime à croiser les disciplines, à se promener de théâtres en chapiteaux, à inventer des formes qui croisent l’exploit du corps, la magie ou le rire, la nostalgie de rêves perdus que l’on cherche le nez en l’air, au zénith des arènes de toile.

Premier événement spectaculaire et fédérateur, Cirque en Capitales propose, en coproduction avec une quinzaine d’opérateurs du territoire et trois festivals, plus de 200 représentations, et 17 créations en tournée dont 10 premières. Soit 80000 places, à des tarifs différents selon les opérateurs, variant des entrées libres au spectacle à 21 €, pour la place adulte la plus chère. Un temps fort qui accompagne véritablement des compagnies de cirque régionales, présentes dans la programmation aux côtés de spectacles internationaux très divers.

Pierre Martinez, responsable de la programmation, veut ainsi réussir « l’équation parfaite » qui allierait trois variables à l’équilibre. Des propositions d’une grande qualité créative, qui puissent aussi rencontrer un public large et populaire ; une manifestation d’un grand renom international, qui aura aussi à cœur d’accompagner les artistes du territoire ; un événement exceptionnel, unique, qui parviendra en jouant des dynamiques territoriales à installer des collaborations et une structuration du territoire qui perdure au-delà de l’année capitale.

De fait les spectacles de cirque ont toujours été nombreux dans la région : des festivals spécialisés proposent à Arles de petites formes de recherche, à la Seyne un grand événement spectaculaire, à Istres des formes circassiennes proches de la danse ou du théâtre d’objet. Mais il s’agit aujourd’hui de faire vibrer tout cela, en synergie, de créeer un véritable Pôle national de territoire, d’y ajouter la magie du Merlan, le clown du Daki Ling, les surprises acrobatiques du Gymnase, le cirque d’enfance du Massalia, les créations du CREAC. Et de multiplier encore les lieux qui accueillent et fabriquent du cirque, en croisant les programmations.

Ainsi, grâce à la diversité des opérateurs, plusieurs spectacles navigueront entre Marseille et Aix, Arles, Martigues ou Port de Bouc, La Seyne et Istres. Les spectateurs pourront se déplacer dans le territoire, mais attendre aussi dans leur ville le passage de propositions diverses, hors des sentiers battus de leurs salles habituelles.

 

Deux parcours

Cirque en capitales a choisi, sans s’y cantonner, de porter le regard vers deux tendances circassiennes atypiques. Nouvelles dans leur forme contemporaine, mais qui s’ancrent dans des histoires séculaires.

La magie nouvelle renoue avec la tradition illusionniste du spectacle de foire ou du grand show visuel à cascades, mais s’intéresse aussi à la manipulation mentale, dont elle dénoue les rouages en montrant comment politiciens, sociologues et communicants recyclent les découvertes des sociologues et comportementalistes pour mieux nous manœuvrer. Le Théâtre d’Arles ou la Scène Nationale du Merlan ont su habituer leurs publics à ces nouvelles formes issues autant des bateleurs que de cirque. Durant ce Focus Magie  des Brigades magiques prêtes à pratiquer le close-up vont se lancer dans Marseille… tandis que dans les salles on retrouvera les illusions d’Etienne Saglio ou Guillaume Vallée, les manipulations de Thierry Collet, les tours d’Eric Burbail

L’art du clown s’appuie sur ces comédiens particuliers qui savent inventer des doubles inadaptés d’eux-mêmes. Ils parviennent aujourd’hui à recycler la poésie, l’impertinence et la naïveté des clowns traditionnels, en les mâtinant de l’ironie des humoristes et de la virtuosité des acrobates, pour construire des satires nouvelles. Un Focus Clown fera la place à plusieurs compagnies de la région, en pointe dans ce domaine où la parole féminine sait aussi se faire entendre : L’apprentie Compagnie de Proserpine, le Cirque Trottola, l’Entreprise de François Cervantès, présenteront ainsi leurs créations, aux côtés de Pré-O-Coupé, Camille Boitel, du théâtre du Prato ou de la très féminine Cie des Plumés.

 

AGNES FRESCHEL

Décembre 2012