Le Plan B du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée à Marseille

Choisir l’heure d’été

• 1 août 2018⇒31 août 2018 •
Le Plan B du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée à Marseille - Zibeline

Le mois d’août à Marseille est moins riche de propositions culturelles ? Pas de panique : le Mucem a un Plan B.

Les expositions Ai Weiwei Fan-Tan et Or sont à découvrir respectivement jusqu’au 12 novembre et au 10 septembre, dans les espaces temporaires du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Tandis que les espaces semi-permanent proposent encore Connectivités, Ruralités et L’Amour de A à Z.

Le Fort Saint Jean accueille quant à lui une nouvelle exposition, en association avec les Rencontres d’Arles, du 19 juillet au 30 septembre : Manger à l’œil. En 2010, l’Unesco classait le repas gastronomique des français au patrimoine culturel de l’humanité, ce qui a inspiré aux commissaires Pierre Hivernat, Floriane Doury, Nicolas Havette et Elisabeth Martin une histoire en photographie de notre rapport au repas. De l’autochrome aux applications sur smartphone, en passant par le Polaroïd… Pour constituer un diaporama de 1900 à nos jours, ils ont rassemblé des œuvres de grands précurseurs, tels Nicéphore Niépce, ou de simples amateurs, à travers les décennies, jusqu’au foodporn, pratique exponentielle qui consiste à photographier sa nourriture et à la partager sur les réseaux sociaux. Le 15 août, en clin d’œil à l’exposition, les chefs Emmanuel Perrodin et Gérald Passedat tiendront banquet nocturne, à l’occasion du Plan B, temps fort estival du Mucem.

Les soirées du Plan B

Tout le mois d’août, le musée sera ouvert sept jours sur sept, avec une programmation plus fournie que lors des éditions précédentes de ce fameux Plan B. Il sera rythmé selon les soirs de la semaine : le mercredi, des spectacles vivants ou des performances ; le jeudi, des concerts ou lives électro, du cinéma en plein air le vendredi, et des lectures le samedi. Le lancement se fera tout en musique orientale le 1er août, avec Bachar Mar-Khalifé, Imarhan, Sarah Maison, et Amar 808 & The Maghreb United. Soit des artistes évoluant entre raï, gnawa, et rock touareg, quatre heures de rang ! Le 8 août, ce sera La Déclaration, une pièce pour cinq danseurs et autant de musiciens, signée Sylvain Groud et Naïssam Jalal. Ne ratez pas, le 22, une très belle soirée consacrée au cirque, avec à l’affiche le spectaculaire Pelat de Joan Català, qui manipule le lourd mât des fêtes catalanes comme personne, Copyleft de Nicanor de Elia, où sept jongleurs en tenue de tennismen s’échauffent en public, ainsi que le Baltrap de la Cie Contrebande, six acrobates jouant avec une bascule coréenne… et ce qui les entoure.

Les 2, 9, 16 et 23 août, se succéderont aux platines ou au micro Irène Drésel, accompagnée de Scratch Massive, puis Blow, Uto et Holy Two dans la catégorie électro pop, le duo féminin Afrodite venu de Loire Atlantique avec ses références soul, hip hop et RnB, un revival eighties porté par Saint DX, Buvette (cold wave), et enfin Agar (acid disco). Les 3, 10, 17 et 24 août, le fort Saint Jean restera en accès libre. Amenez votre pique-nique et profitez des séances de cinéma en plein air qui débuteront à la tombée de la nuit ! Le choix est varié : documentaire (Benda Bilili ! de Renaud Barret et Florent de la Tullaye, porte sur un groupe de musiciens handicapés à Kinshasa -leur nom signifie « au-delà des apparences ») ; comédie musicale hirsute (Hair, de Milos Forman, un monument de la culture hippie) ; délice romantique et culinaire -mais pas mielleux- (The lunchbox, de Ritesh Batra) ; et enfin, classique des classiques, à revoir en famille, Le cirque de Charlie Chaplin. Les samedis, place à la lecture ! On ne sait pas encore qui lira quoi, hormis que le 4 août, ce sera Ariane Ascaride, excusez du peu, et que les textes sélectionnés proviendront des deux rives de la Méditerranée.

En journée aussi !

Mais le Plan B se prévoit aussi en journée : à partir de 10h, moment où le Mucem ouvre ses portes, des visites un peu particulières des différentes expositions sont annoncées, assorties d’ateliers. On pourra par exemple apprendre à faire des images sans appareil photographique, à partir du soleil et de l’eau (si, si ! ça s’appelle un cyanotype), rencontrer son « objet-âme sœur » -celui qui est fait pour vous et se cache à votre insu dans les immenses collections du musée-, ou encore un autre visiteur, inconnu, pour écrire avec lui une histoire qui vous est chère sur les murs de la Chapelle aux Trésors, une installation éphémère conçue par le binôme anglo-irlandais gethan&myles. Pas besoin d’attendre la nuit, non plus, pour profiter de la fraîcheur des salles obscures. L’auditorium Germaine Tillon saura vous accueillir avec chaque jour un nouveau film, projeté en milieu puis en fin d’après-midi. La sélection, encore secrète, comprend des œuvres récentes, pour la plupart inédites à Marseille ; le tarif des séances est moins élevé qu’au cinéma (entre 4 et 6 €).

Le plus agréable -et gratuit- sera peut-être tout simplement d’aller se caler en fin d’après-midi sur les coussins de la bibliothèque en plein air, au débouché de la passerelle du J4, pour profiter de la douce lumière de la Méditerranée, un livre à la main. On y piochera des ouvrages pour tous les âges et tous les goûts, en lien avec les fonds du Mucem.

GAËLLE CLOAREC
Juin 2018

Manger à l’œil
jusqu’au 30 septembre
Fort Saint Jean

Plan B
1er au 31 août

Photos : Afrodite c X-D.R. et Frantisek Pekar, Enfants, 1930 -c- F. Pekar DR Ville de Chalon-sur-Saône, France, Musée Nicéphore Niépce.