Entretien avec Caroline Luzi, responsable de l’unité scientifique et médiation du Musée de préhistoire des Gorges du Verdon

Les “Préhisto”, ces hommes qui nous ressemblentVu par Zibeline

• 19 mai 2021⇒15 septembre 2021 •
Entretien avec Caroline Luzi, responsable de l’unité scientifique et médiation du Musée de préhistoire des Gorges du Verdon - Zibeline

Le musée de Préhistoire des Gorges du Verdon fête ses vingt ans et renouvelle les expositions permanentes et temporaires.

Entretien avec Caroline Luzi, responsable de l’unité scientifique et médiation.

Zibeline : Comment avez-vous adapté l’exposition conçue par le musée de Solutré, Bienvenue chez les Préhistos, aux espaces de Quinson ?

Caroline Luzi : On a adapté l’exposition à notre espace et on a ajouté quelques petites choses par-ci par-là. Chez eux c’est articulé autour d’une famille préhistorique, mais à Quinson ce n’est pas vraiment le propos. Il n’y a pas la présentation habituelle avec de très grands panneaux, tout est basé sur une découverte ludique : le visiteur est invité à entrer dans une maison meublée, tapissée, cloisonnée, et dans chacune des pièces est organisée la confrontation entre les objets actuels et leur équivalent préhistorique. Le vestibule reçoit les vêtements de « préhistos » pendus à des patères, tandis que le réceptacle à parapluie contient lances et matériel de chasse. Nourriture, art, bricolage, tous les thèmes de la vie quotidienne appellent à une confrontation : couteau en inox versus lame de silex, batteur électrique et « batteur » en épicéa, verre à bière et gobelet, rhombe et tourne-disque… Tout est prétexte à évoquer des aspects du mode de vie préhistorique, mais le côté décalé, le mélange des périodes soulignent qu’il y a des permanences de préoccupations, la nourriture, le vêtement, là où on dort, l’art…

On est dans une préhistoire un peu fantasmée non ?

Il n’y a pas une période dédiée, si ce n’est que dans l’espace cuisine, entre le buffet de la cuisine et la desserte du salon, on a reprécisé dans les cartels une différence entre le paléolithique et le néolithique en ce qui concerne l’alimentation. Le principe repose sur un homme préhistorique générique plutôt que fantasmé. Et l’on voit en quoi l’homme préhistorique et l’homme moderne se ressemblent.

Ce n’est pas la seule manifestation pour marquer l’anniversaire du musée ?

Cette année 2021 est importante car sort de terre le nouveau village préhistorique (ouverture prévue en 2022), on renouvelle l’accueil du public dans un espace de médiation dédié à l’habitat. De nouveaux travaux réaménagent cet espace et le sentier qui mène à la grotte de la Baume Bonne. Une 2e exposition, Préhisto-Art, offre un retour en arrière sur des productions artistiques réalisées dans le cadre de L’art de mai, par des artistes locaux sur le thème de la préhistoire, et une 3e, Du musée à la fouille réalisée par le service départemental d’archéologie du 04 (initié par Jean Gagnepain, fondateur du musée), présente dix années de travaux, dont les fouilles du haut Verdon qui apportent de nouvelles informations sur l’habitat préhistorique de la région.

Notre préoccupation est de rester fidèles au premier projet scientifique et culturel, dans la mission d’accueil du public de l’établissement, mais aussi dans la gestion des collections et la dimension scientifique de son activité. Au-delà de la transmission de données, il s’agit aussi de permettre au public de faire de la préhistoire un point de départ pour s’interroger sur aujourd’hui et se projeter dans le futur, de mettre en perspective des problématiques actuelles à partir de cette période.

MARYVONNE COLOMBANI
juillet 2021

Bienvenue chez les préhistos
Du musée à la fouille
jusqu’au 15 décembre

Préhisto’Art du Verdon
jusqu’au 30 septembre

Musée de Préhistoire du Verdon, Quinson
04 92 74 09 59 museeprehistoire.com

Photographie © Musée de préhistoire des Gorges du Verdon

Musée de la Préhistoire
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com