2013, l’année Claudel et des femmes-artistes !

Camille Claudel, l’immortelle

Vérifier les jours off sur la période
2013, l’année Claudel et des femmes-artistes ! - Zibeline

70 ans après sa disparition, un siècle après son internement à l’Hôpital de Montfavet (ancien asile de Montdevergues), Camille Claudel reçoit hors du musée Rodin l’hommage qui est dû à son talent immense. En montant l’exposition De la grâce à l’exil au musée des Arcades, dans le centre hospitalier où elle agonisa 30 ans jusqu’à sa mort, la commissaire d’exposition Mireille Tissier, psychologue clinicienne, renverse l’histoire en y faisant revenir l’artiste «non par la folie, mais par la création», et en ouvrant au public les portes de l’hôpital psychiatrique. «Être une femme sculptrice au XIXe n’était pas aisé mais Camille ne s’inscrivait pas dans une lutte féministe. Elle sculptait parce que c’est là qu’elle apaisait son être. Créer lui permettait de satisfaire une jouissance insatiable» explique-t-elle.

12 œuvres de la collection particulière de sa petite nièce Reine-Marie Paris sont alignées dans des box de verre, et le théâtre intérieur de l’artiste et sa puissance de travail opèrent. Du cri du Vieil aveugle chantant à la sensualité de La Valse, malgré des reflets lumineux (ou grâce), nous tournons autour de ses bronzes pour goûter aux détails, pris dans le mouvement de la chair exaltée, découvrant la force de son œuvre autobiographique, en grande partie détruite, de sa fascination pour le corps, l’abandon, la vieillesse. En miroir sont exposées les fascinantes œuvres des patients actuels, issues des ateliers de psychothérapie à médiation créatrice. Le psychiatre René Pandelon, responsable des ateliers, est convaincu que «l’art-thérapie améliore la condition des patients», rappelant «l’extermination douce des malades psychiatriques pendant la guerre. On n’aura plus la nécessité de faire ce travail de mémoire pour taire le remords. Les «fous» sont des gens qui souffrent, qui peuvent créer et enrichir la société

Le thème, décliné en trois axes, la femme, la folie la création, est lié à un projet scientifique et culturel : colloque avec psychiatres, agrégés de lettres et historiens de l’art (26 avril), parcours mémorial Sur les pas de Camille, spectacles danse (Lettres de Camille, 24-25 mai) et théâtre (Camille Ad Honores, 31 mai-1er juin), livre d’étude, documentaire.

À l’issue de cette célébration, la Collection Lambert et le Palais des Papes présentent du 9 juin au 11 nov Les Papesses. 30 œuvres de la sculptrice (l’Âge mûr, le buste de Rodin) croisées à celles de Louise Bourgeois, Berlinde De Bruyckere, Kiki Smith et Jana Sterbak,

2013, l’année Claudel et des femmes-artistes !

DELPHINE MICHELANGELI
Mars 2013

Camille Claudel. De la grâce à l’exil

du 30 mars au 2 juin

Musée des Arcades, centre hospitalier de Montfavet

04 90 03 90 80

www.camilleclaudel2013.com

Voir , la critique du film Camille Claudel 1915