Yhayen : Hervé Di Rosa à Montpellier

Cameroun envoûtantVu par Zibeline

Yhayen : Hervé Di Rosa à Montpellier - Zibeline

Le Carré Sainte-Anne accueille jusqu’au 4 novembre, les sculptures atypiques de l’artiste sétois, Hervé Di Rosa.

C’est la première fois que l’artiste international expose à Montpellier ! Personnalité importante du Languedoc-Roussillon, l’initiateur et activiste du mouvement de la Figuration Libre, fondateur du MIAM, Musée International des Arts Modestes, à Sète, n’était jamais parvenu jusqu’à la capitale régionale !.

Le titre de l’exposition « Yhayen » signifie «  procession » ou « défilé » en Bamoun, une langue qui provient des peuples installés sur les hauts plateaux de l’ouest camerounais de la ville de Foumban surnommée « la cité des arts ». « Nous avons voulu donner l’impression d’une marche cérémonielle dans cette église à travers une quarantaine de sculptures, des robots d’une part, des créatures anthropomorphiques de l’autre, se dirigeant vers une longue toile tendue dans le chœur » souligne le commissaire d’exposition François Bébing.

Ce sont les artisans, sculpteurs et fondeurs de cette région qui ont réalisé ses œuvres sorties de l’imaginaire d’Hervé Di Rosa. Ils perpétuent depuis des générations un savoir-faire grâce auquel l’artiste a pu créer ses personnages fantasques. Faits de bronze et de bois, la forme moderne des robots contraste avec la structure des fétiches traditionnels africains.

L’artiste est le seul à imaginer les croquis, cependant la sculpture finale est tout autant marquée par la technique des artisans. Par exemple, pour les Bamouns, le bois n’a pas besoin de sécher, les sculptures se fissurent et changent d’un mois sur l’autre pour le plaisir des spectateurs. On découvre aussi que les trous des statues n’ont pas été décidés par Hervé Di Rosa mais par les porteurs des troncs de bois pour faciliter le transport. Qu’il faut parfois plus de 10 ans pour que certaines statues prennent leur forme finale, les techniques utilisées étant très anciennes. Hervé Di Rosa souhaite aussi faire découvrir, avec fantaisie, ce peuple africain. Des représentations phalliques mettent en exergue l’importance de la polygamie dans le village, tout comme la fécondité féminine représentée par une Foumbanaise enceinte jusqu’au cou. Les noms des statues témoignent de l’excentricité de l’artiste : « Femme aux 4 yeux, Robots aux oreilles pointues, Tête en amande »…!

La dernière œuvre surprenante de l’exposition est l’immense toile tendue dans le chœur de l’église représentant une vierge avec dix-sept yeux. Une production qu’il nomme « la vierge de l’art contemporain » en référence au travail sur l’imagerie religieuse qu’il met en œuvre depuis son lieu actuel de résidence, à Séville.

Anne-Lyse RENAUT

Octobre 2012

 

Exposition « « YHAYEN (procession) » de Hervé DI ROSA

Jusqu’au dimanche 4 novembre 2012

Le Carré Sainte-Anne
Espace d’art contemporain de la Ville de Montpellier
Rue Philippy
34000 Montpellier
04 67 60 82 11
www.montpellier.fr