Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Programmation éclectique et pointue au Festival Sons Dessus de Sault

Bersault Musical

• 10 juin 2018 •
Programmation éclectique et pointue au Festival Sons Dessus de Sault - Zibeline

Le Festival Sons Dessus de Sault mêle depuis 11 ans musiques de création, musiques improvisées, performances… Entretien avec Loïc Guénin, compositeur, musicien et directeur artistique du Phare à Lucioles

En 15 ans les missions du Phare à Lucioles ont beaucoup évolué, pouvez-vous nous les rappeler ?

Loïc Guénin : C’était au début une structure qui faisait de la diffusion -les « Rendez-vous du Phare à Lucioles » proposaient concerts, conférences, débats et projections de cinéma deux fois par mois sur le secteur Ventoux sud-, puis de l’action culturelle lorsque j’étais professeur de musique dans le collège de Sault. Là j’ai développé des résidences d’artistes, lesquels travaillaient ensuite avec les élèves à des créations ensuite jouées, à l’époque, au Festival Jazz en Luberon ; puis est né le Festival Sons Dessus de Sault où ces artistes jouaient une de leur création, qui est devenu la vitrine artistique de toutes les actions menées au collège avec eux.

Un peu plus tard a été mis en œuvre le CREA, Cursus Recherches et Expérimentations Artistiques qui concerne les élèves de la 6e à la 3e : en plus des enseignements classiques, ils ont 3 heures d’ateliers par semaine, travaillent avec les artistes en résidence, et participent à des sorties qui les confrontent au milieu culturel du territoire et au-delà (Lyon, Marseille, Sète, Nice et Paris), et portent un projet avec le FRAC, du choix des œuvres à l’installation et l’accueil du public. Ce dispositif prend fin cette année, mais un nouveau projet est en cours…

Quel est-il ?

On a récupéré un lieu sur la commune, l’ancien collège, avec des salles de travail, et un appartement avec plusieurs chambres, et donc avec la possibilité de faire des résidences d’artistes, toujours en milieu rural. On a le soutien du ministère de la Culture, de la Sacem…

On prévoit de faire entre 5 et 10 résidences par saison, de 3 semaines, avec un axe fort qui serait « Art et Paysage ». On va monter un groupe entre 15 et 20 ados du territoire, qui travaillera avec les artistes durant le temps de leur résidence ; l’idée est de les suivre sur plusieurs années pour les faire travailler sur la réflexion artistique d’un territoire, suivre la genèse d’un projet… Avec des lieux partenaires comme La Passerelle de Gap, La Gare de Coustellet, mais aussi la bibliothèque, l’école de musique et l’école primaire de Sault.

Le Festival Sons dessus de Sault a -t-il évolué ?

Non, depuis 11 ans on a toujours voulu proposer une programmation éclectique et pointue, qui mêle en même temps des artistes professionnels et des élèves du cursus CREA. Il sera certainement différent l’année prochaine, avec le nouveau projet, mais en restant toujours un festival très populaire avec une programmation exigeante.

Cette année nous recevons les groupes Aksak, Frisette, La Mossa, qui proposent des répertoires très festifs et populaires avec une grande qualité d’exécution ; nous accueillons aussi le clarinettiste Xavier Charles, en solo, Mathieu Bec qui joue de la batterie horizontale et travaille les matières sonores, le poète Dominique Quelen qui va performer sur Noorg, notre projet avec Eric Brochard, une musique de drone électro acoustique ; et bien sûr tous les projets CREA, de la photo… La particularité cette année c’est qu’on accueille un ensemble de musique contemporaine, L’Instant donné, avec trois sets.

Donc rendez-vous le 10 juin dès midi pour partager un repas avec les artistes sur la place du village, avant d’enchaîner les concerts toute la journée !

Propos recueillis par Dominique Marçon
Mai 2018

Festival Sons dessus de Sault
10 juin
Le Phare à Lucioles, Sault
04 90 64 12 26 pharealucioles.org

Photographie : Loïc Guénin © Vincent Beaume