L'Opéra d'Avignon fait peau neuve

Avignon fait sa mue !

• 6 octobre 2017⇒1 novembre 2017 •
L'Opéra d'Avignon fait peau neuve - Zibeline

Nouvelle direction artistique, nouveau lieu : l’Opéra d’Avignon fait peau neuve.

Le provisoire Opéra confluence accueillera le public dans le quartier de la gare TGV jusqu’à l’issue des travaux de rénovation du bâtiment de la place de l’Horloge en 2019. Huit ouvrages, articulés autour des deux figures tutélaires que sont Mozart et Verdi imprimeront le rythme de cet An 1. Belle idée de convoquer celui qui fut le réformateur de l’opéra séria : Gluck. Son Orphée, ici dans la version révisée de Berlioz, amorcera un tournant décisif dans l’histoire de l’opéra. Louis Varney, lui, ne fut pas un réformateur mais son très célèbre Mousquetaires au couvent, avec son bedonnant abbé Bridaine, mettra un peu de bonne humeur pour la fin 2017. Changement de caractère et d’esthétique brutal avec le Dialogue des carmélites de Francis Poulenc, mis en scène par Alain Timár à la demande du nouveau directeur de l’Opéra Pierre Guiral. On connait les œuvres légères de ce compositeur majeur de la première moitié du XXe, on connait moins ses pièces profondes mâtinées de mysticisme dans lesquelles il développa toute sa science de l’harmonie et de l’orchestration. Cet ouvrage sera l’occasion de découvrir ce compositeur avec, enfin, un rôle clé pour Ludivine Gombert que l’on attend rayonnante dans le personnage de Blanche de la force. Du couvent au sérail, du mysticisme aux turqueries il n’y a qu’un pas, avec l’emblématique Enlèvement au sérail de Mozart. Inutile de pérorer sur cet opéra majuscule, figure de proue du répertoire mozartien, juste un peu de trépignement à l’idée de replonger dans le fameux air de Constanze de l’acte 2, une des plus belle pages musicales du divin compositeur autrichien. La deuxième opérette de la saison, Le pays du sourire de Franz Lehár, lancera en fanfare la deuxième partie de cet opus 1. Au cœur de cette programmation, dans la très belle Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, une place sera réservée à la création contemporaine avec Vanda, opéra de poche du jeune compositeur marseillais Lionel Ginoux. Cet artiste local, qui commence à se faire un nom dans l’aréopage très fermé des compositeurs contemporains, connu pour son appétence pour des livrets sombres (Médée), ne dérogera pas à la règle avec cette histoire d’une femme et son bébé dans un centre de rétention. Pour mezzo-soprano et viole de gambe, formation originale pour notre époque, cette pièce s’annonce particulièrement attractive. Contraste saisissant avec Un Barbier, d’après le Barbier de Séville de Rossini, version allégée et revisitée de cet opéra italien, ici en version française, ouvrage léger et pétillant avant The opéra : Traviata ! Après le méphistophélique Faust en clôture de la saison dernière, c’est un Verdi de premier plan qui est attendu au tournant avec, on l’espère, une Violetta de premier ordre. Cette première saison, bigarrée, faisant la part belle aux incontournables mais également à la création, bien construite, s’annonce une fois encore éclatante.

CHRISTOPHE FLOQUET
Octobre 2017

Opéra Grand Avignon
04 90 14 26 40 / 04 90 14 26 40
operagrandavignon.fr

Au programme du mois :

13 & 15 octobre : Fauré, Caillebotte
Le Grand orchestre régional Avignon-Provence et son chef Michel Piquemal, interprétera deux compositions de Fauré (Cantique de Jean Racine, opus 11 et Requiem, Opus 48), puis Ecce quam Bonum, pour orchestre, chœur et orgue de Caillebotte.

21 et 27 octobre : airs et chœurs d’opéras célèbres
Aurore Marchand dirigera le Chœur de l’Opéra Grand Avignon dans une suite de grands classiques au pays de la musique classique, puisés chez Verdi, Donizetti, Gounod, Offenbach, Varney et Lopez.

28 octobre : hymne à la liberté
Jean-Claude Idée propose une adaptation, sous forme de spectacle musical (Jacques Neefs et Annette Brodkom au jeu, Roland Conil au piano) du Dictionnaire philosophique de Voltaire, censuré à sa sortie en 1764.

28 octobre : Duo Mescolanza
Julien Ferrando (clavicytérium et orgue positif) et Joël Grare (percussions) interprètent de la musique instrumentale des XIVe et XVe siècles.

Photographie : Vanda, Lionel Ginoux © Jimmy Vallentin


Opéra-Théâtre du Grand Avignon
1 Rue Racine
84000 Avignon
04 90 82 81 40
http://www.operagrandavignon.fr