Les Hivernales On (y) danse aussi l’été, du 7 au 24 juillet au CDCN d’Avignon

Avignon dans un tourbillon de danse

• 7 juillet 2018⇒24 juillet 2018 •
Les Hivernales On (y) danse aussi l’été, du 7 au 24 juillet au CDCN d’Avignon - Zibeline

En février, Les Hivernales fêtait 40 années de présence dans la cité des Papes qui ont marqué la ville d’une forte identité artistique. Dans une ébullition toute aussi festive, l’été sera dense avec 10 compagnies, 90 représentations et 2 co-accueils avec le Festival d’Avignon. Un programme mené à un train d’enfer par l’alternance journalière de petites formes de 30 minutes et de spectacles de 70 minutes maximum, agrémenté de stages et de master class en collaboration avec la Collection Lambert et l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, de vidéos danse projetées au cinéma Utopia La Manutention, et d’une déambulation dansée dans la ville (Souviens-toi de ta danse de Cathy Pollini).

Un vent de danse soufflera non stop de 10h le matin jusqu’à 21h30 le soir qui entraînera les spectateurs dans un tourbillon de formes, d’écritures, d’explorations, de thématiques. Ceux qui en font l’expérience d’une traite sortent K.O. debout, imprégnés de toutes parts par mille et un mouvements dansés, d’autres picorent à pas comptés dans le champ ensemencé par Isabelle Martin-Bridot, sa directrice. Et la floraison 2018 tient ses promesses ! L’artiste de cirque Fanny Soriano chorégraphie deux circassiens virtuoses (Voleak Ung et Vincent Brière) dans sa dernière création Phasmes, mariage agile du travail chorégraphique au sol et de l’espace aérien. Frank Micheletti offre à l’interprète phare de son collectif KKI, Idio Chichava, le solo Black Belt qui va a contrario des idées reçues sur l’Afrique contemporaine. Avec Feu, Bérengère Fournier et Samuel Faccioli signent une pièce de groupe où l’énergie collective est mise en question et en tension. Le chorégraphe Suisse Thomas Hauert s’aventure une fois encore sur les chemins de l’improvisation qui « incite le corps à une autre concentration » : dans Inaudible, la réaction des corps à corps projette les danseurs dans un vaste mouvement organique, comme un essaim d’abeilles ou un banc de poissons… Déjà connue du public du Festival d’Avignon avec Lanx, Obvie, Nixe, Obtus, Cindy Van Acker s’est immergée dans l’œuvre plastique de Christian Lutz pour inventer son solo Knusa / Insert coins et laisser libre cours au mouvement. Amine Boussa s’échappe des spectacles de Kader Attou (Opus 14) ou d’Andrès Marin (Yatra) pour réécrire sa pièce de 2013, L’iniZio, infusée dans le hip hop, ses techniques pures et ses multiples inspirations. Autour de Julie Coutant et Éric Fessenmeyer, il y a une tribu, ou plutôt De(s) personne(s) qui entrent en résonance les unes avec les autres sans jamais se défaire de leur unicité. Seule en scène, la danseuse et chorégraphe Taïwanaise Ting-Ting Chang explore les notions de conscient et de subconscient et « éclaire les recoins les plus secrets de l’âme humaine ».

La collaboration entre Les Hivernales et le Festival d’Avignon se poursuit cet été à travers deux propositions. Celle de Jan Martens qui recrée son solo Ode to the attempt où il se confronte avec drôlerie et ironie à ses désirs de création dans un monde régit par les nouvelles technologies. Et celle de Mickaël Phelippeau qui présente pour la première fois Ben & Luc, duo conçu comme le portrait croisé de deux danseurs Burkinabés (Ben Salaah Cissé et Luc Sanou), entre amitié, fraternité et confrontation.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2018

Les Hivernales On (y) danse aussi l’été !
7 au 24 juillet
CDCN d’Avignon, Avignon

Photo : Feu, Bérengère Fournier et Samuel Faccioli © E. Carecchio

Les Hivernales
18 rue Guillaume Puy
84000 Avignon
09 63 53 58 55
http://www.hivernales-avignon.com/