La 17e édition du festival Actoral, du 26 septembre au 14 octobre à Marseille

Aux aguets !

• 26 septembre 2017⇒14 octobre 2017 •
La 17e édition du festival Actoral, du 26 septembre au 14 octobre à Marseille - Zibeline

Le revoilà notre Festival qui rime doucement avec automnal et dont l’élégante signalétique fait flotter sa cristalline bouée sur une mer de sacs-poubelles tendance goudron ; à quelle traversée nous convie donc en cette 17e année le fidèle Actoral, plus que jamais voué aux formes et aux questionnements du contemporain y compris dans ses crises les plus aiguës ?

D’abord alerter sur la présence de deux monstres qu’il faudra affronter coûte que coûte : le Rêve et Folie de l’incisif et intraitable Claude Régy, éclatante perle noire dans la bouche de Yann Boudaud, seul en scène avec le terrible texte du poète autrichien Georg Trakl (théâtre Joliette-Minoterie) et la performance tous azimuts de 6 heures proposée par le canadien Dave St-Pierre (Montévidéo), Néant 360 comme « immensité d’un absolu » impossible à atteindre. Pas moins inquiétant, le sculpteur-performeur Tim Spooner dans The Voice of Nature manipulera éléments, objets et forces jusqu’à la rupture (La Friche) ; Messier et Thériault pratiqueront Con Grazia la destruction méticuleuse d’où devrait naître un son et lumière à la beauté convulsive (Bernardines), tandis que le duo en miroir Robbert&Franck Franck&Robert compte bien se dupliquer en atomes et se déploie déjà dans un fantastique titre-programme Don’t we deserve grand human projects that give us meaning (La Criée) ? L’inquiétude et l’étrangeté familière se propageront certainement avec la création de Winterreise du norvégien Fredrik Brattberg mis en scène par un Tommy Milliot dont la jeunesse n’entrave pas la maturité ni la sensibilité aux infimes dérèglements affectifs (La Friche) ; et accompagneront aussi sans doute le travail de deux danseuses-chorégraphes canadiennes –Daina Ashbee qui explore dans Pour les différentes facettes du cycle menstruel féminin (La Friche) et l’inclassable bien que très reconnue Dana Michel, aux prises avec des « décombres poilus » susceptibles de réveiller la bête dans l’instable forme de Mercurial George (Bernardines) ; la franco-suisse Yasmine Hugonnet ne rassurera pas son public dans ses 2 courtes pièces de 50mns qui jouent de la posture et de l’imposture et si la Divine Comédie de Dante est convoquée c’est semble-t-il pour mieux l’engloutir (Bernardines) ! L’ébranlement sera peut-être complet lorsque le zurichois Phil Hayes, avec le naturel armé et tenace de Groucho Marx (These are my principles…), nous aura noyé dans nos propres contradictions (MuCEM). Que va-t-il nous rester alors ? À quels horizons fixer nos regards ? Actionner la Gâchette du Bonheur que nous tendent Ana Borralho et João Galante en questionnant une douzaine de jeunes adultes marseillais sur leurs rêves et leurs attentes (La Criée) ? Vérifier que c’est bien Ensemble Ensemble que nous devons absolument vivre comme l’affirme la pièce foisonnante et polymorphe de Vincent Thomasset créée en ouverture de festival (Gymnase) ? Se souvenir en tout cas que le temps des révolutions n’est peut-être pas révolu et le second volet de la trilogie Des Territoires de Baptiste Amann (…D’une prison l’autre…) ressuscitera Louise Michel pour mener des combats inédits (Merlan) ! Ne pas oublier non plus que les rivages du cinéma peuvent être accueillants, comme nous le rappellera en avant-première l’étonnante Conversation entre Mohamed El Khatib, toujours soucieux de trouver la beauté cachée dans les vies les plus humbles, et le « filmeur » Alain Cavalier dont les préoccupations sont proches (Montévidéo) ; la consolation nous viendra sûrement de nos chers Antoine (Oppenheim) et Sophie (Cattani) du collectif Ildi!Eldi qui « font leur cinéma » en 5 épisodes en étroite collaboration avec l’éternelle et grande questionnante du désir qu’est Olivia Rosenthal dont on connaît bien les récits publiés aux Editions Verticales (Bernardines). D’autres propositions encore croiseront la route des images, dont le film réalisé à même le plateau avec, entre autres collaborateurs, l’ensemble 25 de l’ERAC et l’Ecole Nationale de la Photographie sous la direction de Karim Bel Kacem, jeune metteur en scène franco-suisse partisan de l’élargissement du théâtre par des formes d’hybridation n’excluant pas le politique, et ce à partir du roman Anima de Wajdi Mouawad (La Friche). De quoi rassurer Hubert Colas et les spectateurs de Marseille et d’ailleurs : Actoral, au-delà des fortunes de mer, nous permet de garder la tête bien au-dessus de l’eau !

MARIE-JO DHO
Septembre 2017

17e édition du festival Actoral
26 septembre au 14 octobre
Divers lieux, Marseille
actoral.org

Photo : Gâchette du bonheur -c- Leonor Fonseca

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/

La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/

Montévidéo
3 Impasse Montévidéo
13006 Marseille
04 91 37 97 35
http://www.montevideo-marseille.com/

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org

Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/

Théâtre du Gymnase
4 rue du Théâtre Français
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/

Théâtre Joliette
2 place Henri Verneuil
13002 Marseille
04 91 90 74 28
www.theatrejoliette.fr

Le Zef
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
lezef.org