Les Informelles 2013, du théâtre hors les murs

Au travail

Les Informelles 2013, du théâtre hors les murs - Zibeline

Chantier au pluriel, performances, résidences, visites, cuisines et laboratoires, fabrications et parcours… il semblerait qu’avec l’arrivée de Thomas Fourneau à la direction (provisoire et exceptionnelle) des Informelles 2013 le monde du théâtre soit enfin reconnu comme partie intégrante de la classe œuvrante sinon ouvrière, acteurs, metteurs en scène et spectateurs compris. L’invitation est claire à ne pas rester yeux à moitié ouverts et bras ballants ni pour les uns, ni pour les autres : il faudra aller en ville sur des places (le cours d’Estienne d’Orves pour se mêler aux «héros chantants» du Groupenfonction ; les Halles Delacroix pour découvrir ce que veut vraiment Geneviève Sorin avec son Garçon, s’il vous plaît ! ; onze fois visiter des chantiers de fin de résidence en sautant des barrières à la Gare Franche et aux Argonautes pour rencontrer des artistes venus de Grèce -Kostas Koutsolelos– du Portugal -le projet Try Romance de Paula Diogo et Claudia Gaiolas ; le plasticien polymorphe Joâo Garcia Miguel– de Norvège le tumultueux musicien performeur JÆrgen Knudsen- et puis de France et de Belgique tous les autres dont les titres claquent en pure énergie comme Blast, duo danse batterie, sonnent chic (Res Privata ) ou jouent au cadavre exquis (Autopsie de Geoffrey Copini côtoie Barbecues, exploration ambitieuse et quantique du collectif de Quark à partir de 2666 de Bolaño), la palme revenant à la sublime question mijotée aux Bernardines par Aurélie Leroux et Florence Pazzottu, éclairée par l’incisive Marie Christine Soma Où dois-je encore monter avec mon désir ? Saine fatigue en perspective ! Mais comme pour commencer les créations par le 7e jour, Thomas Fourneau, avec une exquise politesse, ouvre grand la porte à la Divine Party des Endimanchés menés par Alexis Forestier, triptyque de quatre heures où s’entrechoquent le dantesque et le kafkaïen, paroles, images et musique de l’Enfer au Paradis. Superbe fête de théâtre qui augurera sans doute du chemin à parcourir pour le spectateur plein d’espoir ! Et enfin un lieu de fabrique et de monstration pour compagnies désargentées…

MARIE-JO DHO
Mai 2013

Photo : Divine-party,-Enfer–c-Patrice-Giunta

Du Chantier à l’œuvre

du 22 mai au 8 juin

Les Bernardines, Marseille

 

Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/