Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le Festival de Marseille bat son plein jusqu'au 17 juillet

Au programme du Marseille

• 17 juin 2015⇒17 juillet 2015 •
Le Festival de Marseille bat son plein jusqu'au 17 juillet - Zibeline

Le Festival de Marseille va commencer le 14 juin à 18h aux Réformés avec la Parade de Willi Dorner et  se poursuivre jusqu’au 17 juillet en enchaînant les soirées exceptionnelles.

Les 17 et 18 juin, au Silo, c’est le Ballet de l’Opéra de Lyon qui ouvrira la danse, avec une Sarabande de Benjamin Millepied, et deux pièces de Forsythe : des programmes qu’on peut qualifier de néoclassiques, tendance américaine, c’est-à-dire mâtinés d’un peu de Cunningham et d’un soupçon de jazz…

Les 20 et 21 juin, au Klap, la Cancoco Danse company va «bousculer toutes nos idées préconçues : le handicap ne constitue pas un empêchement au mouvement». C’est ce qu’affirme Apolline Quintrand après avoir vu Playing another, un spectacle composé de deux pièces d’Hetain Patel et Thomas Hauert, conçues pour ces danseurs professionnels handicapés ou valides. Dans l’écriture de la danse, la contrainte serait-elle aussi libératrice, inspiratrice ? Source d’émotion, sans nul doute.

La seule proposition théâtrale sera la reprise de Mission, spectacle choc de KVS, retraçant l’itinéraire, les interrogations religieuses, la confrontation à la misère, au postcolonialisme et à la guerre d’un prêtre missionnaire au Congo. Par l’intense comédien Bruno Van den Broecke, les 23 et 24 juin à la Friche.

Retour à la danse, insurrectionnelle, essoufflante et noire, enthousiasmante, de Hofesh Shechter. Le chorégraphe israélien sera pour la première fois à Marseille, avec son ballet junior. Mais deGeneration n’est pas un plan B ! Shechter parie sur la jeunesse en convaincu, et sa danse est l’une des plus frappante qu’on ait vu sur les scènes ces dernières années… (les 25 et 26 juin à la Criée).

Sur la place d’armes du MuCEM, Michel Kelemenis reprend sa jolie petite pièce, Zef !, pour de jeunes interprètes qui se soulèvent et s’apaisent comme des rafales de vent, l’un vers l’autre (le 26 juin) voir critique

Un concert ciné à l’Alhambra permettra d’entendre la nouvelle star du fado Gisela Joã puis de voir La cage dorée de Rubens Alves le 28 juin, avant de retrouver au BNM Anne Teresa de Keersmaeker qui fait danser un couple sur La nuit transfigurée de Schönberg (les 2 et 3 juillet) et reprend sa pièce mythique Fase, le 4 juillet, au Silo. La veille Josette Baïz créera Spectres avec le quatuor Béla à la Minoterie avant de reprendre Guests, le 12 juillet, à la Criée (voir critique). Entretemps on aura vu Rocio Molina les 4 et 5 juillet, un Sacre du printemps de Daniel Linehan au BNM les 6 et 7 juillet, Nomada (flamenco) de la Cie Manuel Linan au Silvain le 8 juillet et surtout deux spectacles très différents de Wim Vandekeybus : à la Criée la reprise de sa première pièce, sauvage, déchirée, What the Body does not remember, crée en 1987 (le 9 juillet) au Silo sa dernière création, moins turbulente, plus sensuelle Speak low if you speak love (le 11 juillet).

Pour finir le Ballet du Capitole viendra Valser sous la direction de Catherine Berbessou (le 16 juillet au Silo) avant qu’on ne conclue tout cela avec un Bal Tango concocté par MOD, sous l’Ombrière, le 17 juillet, pour danser dès 19h…

AGNÈS FRESCHEL
Juin 2015

Festival de Marseille
jusqu’au 17 juillet
04 91 99 02 50
festivaldemarseille.com

Photo : Josette-Baiz-Compagnie-Grenade-Quatuor-Bela,-Spectres-©-Cécile-Martini