La saison 2014-2015 de l'Opéra municipal de Marseille

Au menu marseillais

La saison 2014-2015 de l'Opéra municipal de Marseille  - Zibeline

À Marseille, à l’Opéra Municipal, on s’appuie sur des valeurs sûres, de grands classiques et interprètes, tout en distillant aux publics curieux des surprises et raretés.

Pour 2014-2015, Maurice Xiberras (Direction générale) et Lawrence Foster (Direction musicale) ont cuisiné un menu étoilé avec, en ouverture apéritive au champagne français, le récital attendu du ténor star Juan Diego Flórez (5 oct). Ses airs amoureux distillés en vocalises pyrotechniques rempliront à coup sûr la grande salle Art déco de la Place Reyer, au milieu des représentations de La Gioconda de Ponchielli, un opéra italien de 1876, assez peu représenté de nos jours. Cette œuvre ravira les amateurs de grandes voix puisque son style se situe entre ceux de Verdi et Puccini et que le rôle-titre (une cantatrice qui se sacrifie par amour !), fut chanté par Callas ou Tebaldi… Ce sont Micaela Carosi et Elena Popovskaya en alternance qui reprennent le flambeau (les 1er, 4, 7 et 10 oct).
Mais le premier rendez-vous que fixent au public l’Orchestre Philharmonique de Marseille et son «so british» maestro, se situe au Silo. On y entend le fameux Concerto pour violon de Tchaïkovski interprété par Arabella Steinbacher avec aussi la 8e symphonie de Dvorak et un opus moderne à découvrir de Bruno Mantovani intitulé Finale (le 20 sept à 20h).
La saison…
Avec Verdi, Wagner, Puccini, Donizetti on reste dans les piliers du répertoire : quatre-quart composé de Falstaff, Le Hollandais volant, Tosca et L’Elixir d’amour ! Et comme on y attend la Ciofi, Jean-François Lapointe, Ricarda Merbeth, Marie-Ange Todorovitch, Adina Aaron, Carlos Almaguer ou Inva Mula… qui s’en plaindra ?
Restent des mets de choix, exotiques, aux saveurs oubliées, voire inconnues avec la venue de l’Opéra de Pékin, un grand Rossini fabuleusement belcantiste Moïse et Pharaon magnifié par Mariella Devia et Annick Massis, un bijou baroque concocté par Jean-Marc Aymes, Mosè de Giovanni Paolo Colonna (à St-Michel) ou l’opéra Le Philtre d’Auber bâti par Scribe sur le même argument que celui de l’Elixir d’amour (au Foyer).
Formidable idée de chef, enfin, que celle d’exhumer une partition perdue d’Henri Sauguet créée en 1954 au festival d’Aix. Les Caprices de Marianne, d’après Musset, tourneront à l’initiative de l’Opéra de Marseille dans 16 théâtres français : à ne pas manquer !
Et puis…
On n’oublie pas, les ballets (Julien Lestel, Victor Ullate et BNM), les concerts de musique de chambre ou symphoniques avec ses têtes d’affiche : Alexander Knyazev (violoncelle), Andreï Korobeinikov, Jean-Efflam Bavouzet, Boris Berezovsky (piano), ni le Requiem de Mozart, Patrizia Ciofi en récital ou le 50e anniversaire de l’Orchestre Philharmonique de Marseille (retransmis sur France Musique) !
JACQUES FRESCHEL
Septembre 2014

Opéra de Marseille

photo : LA GIOCONDA © J.Croisier

Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/