L'Acazar de Marseille offre grands films de l'histoire du cinéma et un abri salvateur à la canicule

Attention Chefs d’œuvre !

• 26 juin 2017 •
L'Acazar de Marseille offre grands films de l'histoire du cinéma et un abri salvateur à la canicule - Zibeline

Quand le soleil fait fumer le bitume des villes, quoi de plus agréable que de s’installer vers 14 h 30 dans une salle fraîche et obscure pour y (re)voir, sans bourse délier, de grands films ! C’est ce que propose la bibliothèque de l’Alcazar depuis juin et jusqu’à la fin août avec Écran(s) Total, une opération reconduite depuis 5 ans, menée en partenariat avec le FID, le Festival de jazz des 5 Continents, le festival de Marseille et Cinépage. Dans des conditions de salle de cinéma, place cette année, après les Classiques du cinéma français autour du documentaire Voyage à travers le cinéma français (2016) de Bertrand Tavernier en juin et début juillet, à Alcajazz & Cinéma : trois documentaires et un film, dont From Mali to Mississipi (2004), de Martin Scorsese, sur les origines du blues, et Leimert Park, the story of a village in south central Los Angeles (2006), de Jeannette Lindsay, qui retrace l’histoire d’un quartier devenu « le » carrefour de la culture afro-américaine à Los Angeles, et Finding Fela (2017), d’Alex Gibney, qui documente la vie de Fela Kuti, créateur de l’Afrobeat.

Les Lumières d’Août éclaireront la seconde partie de l’été, avec 9 films programmés autour de l’adaptation littéraire dont : Bonjour Tristesse de Preminger (1958) d’après Sagan avec l’irrésistible Jean Seberg, Reflets dans un œil d’or de John Huston (1967) d’après Carson McCullers avec les starissimes Marlon Brando et Liz Taylor, Assurance sur la mort de Billy Wilder (1944) d’après James M. Cain coscénarisé par le maître du roman noir, Raymond Chandler. Raisons et sentiments, d’Ang Lee (1995), d’après Jane Austen, suivi d’une conférence de Lydia Martin, auteur de Les adaptations à l’écran des romans de Jane Austen : Esthétique et idéologie (L’Harmattan). Et surtout le petit chef-d’œuvre de Satyajit Ray d’après Sunil Gangopadhyay : Des jours et des nuits dans la forêt (1969).

Alors si vous restez marseillais cet été et jouissez de quelques après-midis de liberté, n’hésitez pas ! Tous les films feront l’objet d’une présentation en début de séance.

ELISE PADOVANI
Juillet 2017

Écran(s) total – Le cinéma d’été à l’Alcazar
jusqu’au 25 août
bibliothèque de l’Alcazar, Marseille
bmvr.marseille.fr

Photographie :
Bonjour Tristesse, d’Otto Preminger © Sony pictures

Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/