Les Assises de la traduction fêteront leur 31ème édition à Arles du 7 au 9 novembre

Assises de la traduction littéraire

• 7 novembre 2014⇒9 novembre 2014 •
Les Assises de la traduction fêteront leur 31ème édition à Arles du 7 au 9 novembre - Zibeline

Depuis plus de trente ans, l’Association pour la Promotion de la Traduction Littéraire, Atlas, organise à Arles les Assises de la traduction littéraire. Trois jours d’effervescence durant lesquels se réunissent des passionnés, traducteurs, auteurs, lecteurs. Deux lieux, si l’on oublie le Poisson banane et les Croissants littéraires du samedi matin avec Marianne Millon, se partagent les bonheurs de cette superbe manifestation, la Chapelle du Méjan pour les tables rondes et conférences, l’espace Van Gogh pour les ateliers et initiations. Un thème domine chaque année, en 2014, Traduire la guerre est apparu comme émanant de l’air du temps. Dire, c’est aussi analyser et conjurer, n’est-ce pas ? Aborder le sujet sous l’angle de la traduction est particulièrement porteur et permet une approche distanciée par nature, et sans doute offre de précieux outils d’analyse.

La conférence inaugurale (le 7 nov à 15h45) par Florence Hartmann intitulée Dire l’inavouable, transmettre l’indicible  sera suivie par une table ronde, Homère, Sun Tzu, Freud, Dieux, hommes et sociétés en guerre, animée par Jorn Cambreleng en présence des traducteurs autour de L’Art de la guerre de Sun Tzu traduit pas Jean Levi, L’Iliade d’Homère traduit par Pierre Judet de la Combe et de Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort de Freud, traduit pas Marc de Launay. Le 8 novembre permettra une rencontre passionnante avec le journaliste et écrivain Jean Hatzfeld, -(lui-même petit-fils du traducteur et helléniste du même nom), auteur entre autres d’ouvrages sur les massacres du Rwanda-, avec ses traducteurs (en italien, espagnol et polonais) lors de la table ronde de 14h à 15h45. Ces derniers évoqueront comment traduire cet écrivain français. Les jeunes face à la guerre seront évoqués (à 16h le 8 nov) par Isabelle Stoufflet, éditrice chez Gallimard Jeunesse, en dialogue avec Mona de Pracontal (dont vous connaissez au moins les aventures de Percy Jackson). Le dimanche sera consacré à L’Europe ! L’Europe, (dev 11 à 13h) animée par Cecile Deniard avec Bel Olid, présidente du CEATL, Véronique Trinh-Muller, directrice générale du CNL, Karel Bartak, responsable du programme Europe Créative à la Délégation générale Culture et Education, Geoffroy Pelletier, directeur de la SGDL et un représentant de la FEE (Fédération des éditeurs européens), sous réserve. Enfin, une table ronde animée par Dominique Chevallier s’intéressera à La Guerre au plus près, avec Franck Smith, écrivain et producteur de radio, auteur de Guantanamo (Le Seuil), Saša Sirovec, traductrice croate/français et interprète auprès du tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPY), Joumana Maarouf auteur de Lettres de Syrie et Nathalie Bontemps, sa traductrice, le tout en partenariat avec le Festival Paroles Indigo.

Ai-je écrit ‘enfin’ ? Ce serait faire injure à un événement phare de la programmation, le samedi à la Fondation Vincent Van Gogh (17h15-18h45) : la lecture publique de la Fabrique des traducteurs français/chinois avec trois traducteurs français et trois traducteurs chinois, Cao Dongxue, Eva Fischer, Lucie Modde, Claire Raybaud, Tou Chiu Zong, Wang Mingrui qui liront un extrait de leurs traductions respectives au cœur même de la nouvelle exposition de la Fondation sur Yan Pei-Ming dans le cadre du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Les visiteurs pourront écouter des extraits de Colette ou d’Albertine Sarrazin en français et en chinois tout en parcourant l’exposition. Une seconde lecture publique aura lieu le 12 novembre à Paris (BULAC). Ce serait oublier aussi  la proclamation des prix de traduction de la ville d’Arles, de la SGDL et du prix Atlas-Junior, ainsi que la soirée lecture (20h15-21h15) avec Compagnie K  lue par l’acteur Julien Duval. Sans compter l’exposition Collapse de Jeannie Abert, une conversation photographique avec Stanley Greene, présentée à la Chapelle du Méjan du vendredi 7 au dimanche 9 novembre 2014. Il faudrait aussi évoquer les ateliers de traduction, certains réservés aux non-professionnels, la possibilité de rencontrer, d’échanger, d’ouvrir le champ de nos lectures… à noter encore que l’on peut retrouver la substance de ce qui a été formulé dans la publication annuelle des actes des Assises en co-édition avec Actes Sud.

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2014

Du 7 au 9 novembre, Arles, Chapelle du Méjan et Espace Van Gogh.
04 90 52 05 50

www.atlas-citl.org

Crédit photo Jeannie Abert (extrait de l’affiche des Assises, dans l’exposition Collapses)