La programmation de printemps du Mucem, axée sur la colonisation

Algérie et Comores au Mucem

• 22 mars 2018⇒16 avril 2018 •
La programmation de printemps du Mucem, axée sur la colonisation - Zibeline

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée axe sa programmation de printemps sur la colonisation.

Expositions et temps forts

Outre les Voyages imaginaires de Picasso et L’Amour de A à Z, et en attendant la prochaine exposition du Mucem, consacrée à l’or, il est encore temps d’aller voir Roman-photo, jusqu’au 23 avril. De même que Connectivités, dans les espaces semi-permanents du musée : une Nuit vernie sera consacrée à cette vision « braudelienne » des cités méditerranéennes, le 6 avril, avec comme à l’accoutumée sur ce dispositif une visite nocturne, et de la musique (cette fois, un DJ set proposé par le festival arlésien Les Suds). Autour des expositions, des ateliers et parcours spécifiques sont prévus pour le jeune public : lors des dimanches d’avril (8 et 15), les enfants à partir de 7 ans pourront fabriquer leur propre roman-photo ;  les 2 et 7 avril, ceux de 3 à 6 ans partiront en balade avec un guide-cuisinier, pour goûter des « histoires à croquer » faites d’ingrédients issus de l’agriculture méditerranéenne.

Les 14 et 15 avril, le Mucem vibrera au rythme des Comores, avec un temps fort consacré à cet archipel dont sont originaires nombre de marseillais. Au programme, des documentaires radiophoniques réalisés par la journaliste Anne Pastor, les somptueuses photographies de Pascal Grimaud (séries Filles de Lune et Territoires d’outre-tombe), des contes musicaux collectés par Jorus Mabiala, ou encore un concert d’Ahamada Smis (afro-soul). Mais aussi des tables rondes consacrées à l’actualité des Comores, territoire scandaleusement négligé par la France, qui prévoit malgré tout d’ouvrir un musée de société à Mayotte.

Conférences et ateliers

Alphabetville, le laboratoire de recherche et d’expérimentation sur les écritures et les médias de La Friche, invite à une réflexion sur la violence de notre temps, à partir des œuvres de Walter Benjamin. Le philosophe Bernard Stiegler lancera les débats au Mucem, lors de la conférence d’ouverture le 22 mars, avant de laisser la place à l’historien des idées François Cusset (le 5 avril) puis au sociologue Michel Wieviorka (le 13 avril). Le séminaire « La geste technique » : parler objets… par les milieux tiendra sa seconde session le 22 mars. L’occasion de découvrir comment les institutions patrimoniales s’y prennent pour conserver les habitats, ou plus précisément la façon dont les habitants les occupent à travers les âges. Le 29 mars, dans le cadre du cycle Représentations fictionnelles au regard de l’archive, on pourra assister à un atelier sur la fiction en tant qu’outil et l’imaginaire comme domaine de recherche, avec deux artistes : Leandro Nerefuh et Sophia Al-Maria. Le premier sera également invité, les 30 et 31 mars, à revisiter les concepts de colonisation et décolonisation… voire les formes de recolonisation qui apparaissent (La découverte de l’Amazonie par les Turcs enchantés, en partenariat avec le Théâtre de la Cité).

Par ailleurs le Mucem reconduit sa collaboration avec La Cité de la Musique, pour renouveler le cycle Algérie-France, la voix des objets, qui mêle tables rondes et installation à partir de la collection du Musée d’histoire de la France et de l’Algérie, projet abandonné par la ville de Montpellier en 2014. Trois rencontres sont prévues, avec à chaque fois une première partie musicale en lien avec la thématique : les 4 avril (émigration harkie), 9 avril (juifs d’Algérie) et 16 avril (berbères kabyles).

GAËLLE CLOAREC
Février 2018

Photo : -c- Pascal Grimaud

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org