A (re)voir et à écouter : pendant le confinement, Zibeline partage gratuitement ses morceaux choisis !

A voir et à écouter le 27 marsVu par Zibeline

• 27 mars 2020⇒27 avril 2020 •
A (re)voir et à écouter : pendant le confinement, Zibeline partage gratuitement ses morceaux choisis ! - Zibeline

Opéra

Le Barbier de Séville

Créé en 2018 à l’Opéra du Rhin, repris et enregistré à l’Opéra de Rouen en septembre dernier, ce Barbier de Séville a décidément tout pour plaire, aux aficionados comme aux moins coutumiers de Rossini et du bel canto. Le metteur en scène Pierre-Emmanuel Rousseau est musicien, et cela se sent : tout sur le plateau, du jeu d’acteur aux déplacements de groupe, semble là pour servir l’émergence de cette virtuosité opulente et fragile, au diapason de la direction d’Antonello Allemandi. Les bonnes idées se succèdent joyeusement : les aigus perçants de Léa Desandre, parfaite, surgissent ainsi en plein démêlage de cheveux ; les envolées des vocalises masculines se parent d’accents hispanisants très rarement exploités ; la séparation forcée entre hommes et femmes est ici facilitée par un décor quasi-unique et élégant entre bain turc et jardin mauresque, qui convoque sans effort le lieu et l’époque de l’intrigue.

A voir sur france.tv jusqu’au 5 avril

 

 

Podcast

À la recherche de Jeanne

La journaliste Zazie Tavitian s’intéressait déjà, avec Casseroles, au propre des recettes de famille, passées de main en main, et à comment la cuisine peut créer du commun. C’est encore par cette voie culinaire qu’elle s’attelle à marcher dans les traces de sa propre histoire : celle de Jeanne, son arrière-arrière-grand-mère. Jeanne, déportée en 1942, incarne une forme de secret pour ses descendants. Lorsqu’une de ses cousines révèle à Zazie Tavitian l’existence d’un livre de recettes rédigé par Jeanne, dont elle a hérité, c’est tout un monde qui se révèle à elle. À la recherche de Jeanne mêle le souvenir poignants des archives -les notes et lettres de Jeanne lues par des comédiens- aux rencontres interfamiliales, qu’elle parsème d’exécutions enlevées de recettes hautement caloriques et savoureuses.

À retrouver sur Binge dans la collection Connaissez-vous l’histoire de… ? 

 

 

Théâtre

Lewis versus Alice

Beaucoup a déjà été dit sur le Lewis versus Alice de Macha Makeïeff, créé au festival d’Avignon l’été dernier et en tournée jusqu’en janvier 2020. Sur sa déclinaison le temps d’une très belle exposition à la Maison Jean Vilar et d’un récit aux accents autobiographiques paru aux éditions Actes Sud. On ne se réjouit pas moins de la disponibilité de formidable spectacle en ligne. Si aucune captation ne saurait jamais rendre compte de l’expérience de la scène, la réalisation de Julien Condemine a malgré tout un mérite non négligeable. Celui de rendre compte dans le détail de la beauté terrassante des décors et costumes, créés également par la metteuse en scène, comme à son habitude. Et de faire résonner, sur des reprises joliment raccomodées et sur ses propres chansons, les mélopées envoûtantes de Rosemary Standley, célèbre voix du groupe Moriarty. De quoi s’attarder à nouveau, avec délice et effroi, dans le tournoyant terrier d’un lapin blanc.

À voir sur arte.tv jusqu’au 11 juillet

À revoir également: la présentation de Lewis versus Alice par Macha Makeïeff 

 

SUZANNE CANESSA
Mars 2020