Pendant le confinement, Zibeline partage ses morceaux choisis en accès libre !

À voir et à écouter le 24 avrilVu par Zibeline

• 24 avril 2020⇒24 mai 2020 •
Pendant le confinement, Zibeline partage ses morceaux choisis en accès libre ! - Zibeline

Opéra

Le Songe d’une nuit d’été

En 1991, le public du Festival d’Aix-en-Provence découvrait en Robert Carsen un metteur en scène majeur. Son Songe d’une nuit d’été, onirique, coloré et féérique, révélait un imaginaire assez original pour exister d’un opéra à l’autre tout en s’appropriant ses thématiques propres. C’est ici le rêve, symbolisé par le lit, qui englobe la scène, se démultiplie, s’envole, et devient le cadre de l’intrigue ; les couleurs disent les émotions, rassemblent ou éloignent les êtres. Repris et capté en 2015 sur la scène de l’Archevêché qui l’a vu naître, ce Songe d’une nuit d’été n’a décidément pas pris une ride. Et il a gagné en Sandrine Piau une Titania inoubliable. En fosse, Kazushi Ono insuffle à l’Orchestre de l’Opéra de Lyon une joie et une étrangeté inédites, qui rendent à la musique versatile de Britten ses lettres de noblesse. Immanquable !

À voir sur France TV  jusqu’au 30 avril

 

Théâtre

Le Chat

Le célèbre roman de Georges Simenon doit sa postérité, entre autres, à son adaptation au cinéma à Pierre Granier-Deferre. Les silences lourds de Jean Gabin et Simone Signoret, la perte de repères qu’une urbanisation industrielle engendrait ont fait de ces personnages des figures inoubliables. C’est sur un autre terrain que s’aventure ici l’adaptation de Pierre Assouline, forte d’une distribution 100% Comédie-Française : celui de la langue de l’écrivain, dont on a parfois oublié la vigueur et la poésie. Les voix des acteurs captivent de bout en bout : Danièle Lebrun, Hervé Pierre et Christian Hecq se révèlent particulièrement rompus à l’exercice.

À écouter sur France Culture

 

Cinéma

Black Panthers

« La théorie de l’esprit et du corps, c’est qu’on a considéré depuis l’esclavage les Noirs comme le corps qui fait le travail et les Blancs comme l’esprit omnipotent, qui administre. C’est pareil avec les Blancs de l’extrême-gauche : ils ont voulu être des théoriciens pour eux-mêmes, et aussi pour les Noirs. » C’est pour recueillir cette parole alors rare, dérangeante et nécessaire, qu’Agnès Varda est allée en 1968 à la rencontre du Black Panther Party. L’effervescence intellectuelle est alors à son comble : les idées fusent, acérées, percutantes. Malgré le chemin parcouru depuis, Black Panthers garde aujourd’hui encore un goût amer : le mouvement pour la libération d’Huey Newton n’ayant empêché ni sa condamnation, ni son assassinat vingt ans plus tard. Restauré par la Film Foundation, le court-métrage fait partie d’une sélection hebdomadaire de MK2-Trois couleurs particulièrement alléchante, où l’on retrouve pêle-mêle des scènes de La Femme d’à côté commentées par Gérard Depardieu et Fanny Ardant, ou encore le documentaire d’Éric Lange et Serge Bromberg, Sydney, l’autre Chaplin. À suivre, assurément !

À voir sur le site de MK2 jusqu’au 29 avril

SUZANNE CANESSA
Avril 2020

Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/