Pendant le confinement, Zibeline partage ses morceaux choisis en accès libre !

À voir et à écouter en famille le 18 avrilVu par Zibeline

• 18 avril 2020⇒18 mai 2020 •
Pendant le confinement, Zibeline partage ses morceaux choisis en accès libre ! - Zibeline

Opéra

L’Enfant et les sortilèges

Captée à l’Opéra de Lyon en novembre dernier, la fantaisie lyrique de Ravel n’a décidément pas pris une ride. Qui devinerait, en effet, que son facétieux livret a été écrit par Colette il y a plus de cent ans ? L’Enfant et les sortilèges confronte un méchant garnement, puni par sa mère, aux objets qu’il a cassés dans un moment de colère ; ces objets s’animent peu à peu, de même que les animaux d’un jardin enchanté. Le metteur en scène Grégoire Pont a eu l’excellente idée de les faire apparaître sous forme d’animations : la mise en espace de James Bonas fait intervenir ses très beaux dessins autour des chanteurs, et laisse deviner, par jeux de lumières et de transparence, un orchestre tout attelé à rendre compte des subtilités et formidables bizarreries de la partition. La distribution est elle aussi très inspirée : Clémence Poussin est un enfant joyeusement colérique, quand Margot Genet campe un rossignol, puis une princesse aux aigus vertigineux.

 

À voir à 22h25 sur France 5 et sur le site de France TV jusqu’au 18 mai

 

Radio

Vingt mille lieues sous les mers

Les pièces radiophoniques de la trempe de Vingt mille lieues sous les mers sont rares. Difficile de ne pas frissonner face à l’inventivité sonore et orchestrale déployée ici. L’adaptation de Stéphane Michaka s’empare du texte de Jules Verne pour mieux en extraire une étrangeté toute musicale, qui trouve son centre névralgique et narratif dans l’orgue du Capitaine Nemo. La partition de Didier Benetti, également à la direction, sollicite l’Orchestre National de France sous toute ses coutures, ainsi que des comédiens aux voix joliment texturées.

 

À écouter sur France Culture 

 

Cinéma

Chicken Run

Le chef-d’œuvre de Nick Park et Peter Lord a vingt ans ! On ne présente plus aujourd’hui le duo qui a révolutionné la stop-motion en pâte à modeler, de ses inoubliables Wallace et Gromit à Shaun le mouton : sa poésie à toute épreuve, son humour qui sait traverser les générations… Et ce sens bien à lui de la parodie, consistant ici à transposer l’intrigue de La Grande Évasion dans un poulailler britannique tout en l’enrichissant d’une noirceur certaine. Hilarant, grâce, entre autres, au doublage très inspiré de Valérie Lemercier, Gérard Depardieu, Josiane Balasko et de Claude Piéplu, Chicken Run demeure un hymne à l’émancipation particulièrement bien troussé. À (re)voir à tout âge !

 

À retrouver sur le site de la Cinémathèque de Nice jusqu’au 19 avril

 

SUZANNE CANESSA
Avril 2020