Zibeline partage ses morceaux choisis de la semaine

À voir et à écouter du 11 au 18 maiLu par Zibeline

• 11 mai 2020⇒18 mai 2020 •
Zibeline partage ses morceaux choisis de la semaine - Zibeline

Cinéma : Cannes à la maison sur Arte

The Immigrant

Avec The Immigrant, James Gray s’attaquait pour la première fois au film d’époque, et plus précisément à une époque charnière dans la (dé)construction du rêve américain : celle du tournant des années 1920, marquée par une vague d’immigration venue de l’est. Le sujet, intimidant, empêche parfois l’émotion de se frayer un chemin, d’autant que l’écriture se révèle moins ciselée qu’à l’accoutumée. Les archétypes sont heureusement nourris par les nuances et la profondeur des jeux d’acteur : Jeremy Renner est un illusionniste dont le charme intrigue et inquiète tour à tour ; l’autre Amérique, celle de la compromission, a la mélancolie sèche de Joaquin Phoenix. Face à eux, Marion Cotillard est, comme toujours, immense. Si elle serait couronnée cette année-là pour Deux jours, une nuit, nul doute que son interprétation de la jeune Ewa y fut également pour beaucoup.

À voir sur Arte le 11 mai à 20h55

Do the right thing

Il y a fort à parier que Spike Lee, désigné pour présider le jury du festival en 2020, revienne à Cannes en 2021. Récompensé en 2018 pour BlackKkKlansman, il repartait pourtant bredouille –et ulcéré– pour Do the right thing en 1989. Plus de trente ans plus tard, ce brûlot aux faux airs de comédie impressionne toujours, à l’instar de cet entêtant « Fight the Power » ouvrant les hostilités, unissant la danse endiablée de Rosie Perez à l’hymne révolutionnaire de Public Enemy. L’esthétique du réalisateur se nourrit ici du sujet même, présent dans une part importante de sa filmographie, dont le tout aussi intéressant, mais mal-aimé, Summer of Sam. Où le fragile équilibre d’un quartier paupérisé, foisonnant mais en proie à un repli identitaire, n’attend qu’une étincelle pour basculer –celle, littérale, d’une canicule prolongée. Le temps ne lui a malheureusement pas donné tort…

À voir sur Arte le 11 mai à 22h45

Faute d’Amour

Si Andreï Zviaguintsev a remporté le prix du jury en 2017, la réception de Faute d’Amour, de même que celle de son précédent opus, Léviathan –récompensé du prix du scénario– ne fut pas chose aisée en Russie. Il faut dire que la charge est ici encore violente contre un pays tenu pour incapable d’aimer ses propres enfants. Le divorce d’un couple bourgeois moscovite résultant dans la fugue, puis la disparition, d’un jeune Aliocha victime de cette faute d’amour. La violence se réfugie ici dans le moindre regard rentré ; la noirceur dans chaque plan enneigé. Si le symbolisme pourra sembler un peu lourd, peu de films peuvent se targuer de rendre un plan de course sur tapis bouleversant.

À voir sur Arte le 13 mai à 20h55

Opéra

The Rake’s Progress

À mi-chemin entre Faust et Don Giovanni, The Rake’s Progress dépeint la déchéance et la folie du libertin Tom Rakewell, qui s’allie sans le savoir avec le diable. La direction admirable d’Eivind Gullberg Jensen restitue dans toute sa délicatesse cette partition néo-classique qui rappelle Mozart avec sa structure harmonique, son clavecin et ses récitatifs secco. Le casting vocal s’avère très solide, de Paul Appleby au sombre Nick Shadow de Kyle Ketelsen. La mise en scène inventive et spectaculaire de Simon McBurney, dont nous parlions ici, situe l’action dans un carcan de papier animé par des projections vidéo et déchiré par les entrées successives des personnages participant à la chute de Tom. Un grand moment de musique et de théâtre.

À voir sur le site du Festival d’Aix jusqu’au 10 juillet

Les P’tites Michu

La méconnue opérette d’André Messager a plus de cent-vingt ans : le Palazzetto Bru Zane, dont la vocation de redécouverte du XIXe n’a décidément plus rien à envier à ses grandes sœurs baroqueuse, s’est chargé d’exhumer ces P’tites Michu dont l’énergie musicale et l’inventivité mélodique, joliment servis par Pierre Dumoussaud à la tête de l’Orchestre national des Pays de la Loire, contredit constamment le rigorisme moral. On se pincera en effet d’effroi au fil des quiproquos révélant le propre des gens modestes et celui de la noblesse. La mise en scène de Rémy Barché marie avec une bienvenue distance le sens comique de la pièce et un humour érigé à son détriment, sans négliger pour autant ses personnages. Les sœurs Michu ont la grâce piquante de Violette Polchi et Anne-Aurore Cochet.

À voir sur France TV jusqu’au 17 mai

Théâtre

Trissotin ou les femmes savantes

Peu de metteurs en scène se risquent aujourd’hui à monter Les Femmes Savantes ; ils sont encore plus rares à oser y apposer un geste critique sur le genre et ses porosités, porté par un goût de l’hystérie manifeste. Macha Makeïeff y est pourtant parvenue sans peine, en retournant la méchanceté du texte contre lui-même, et en tendant la peur panique de l’émancipation féminine un miroir révélateur. Créé en 2015 et redonné à la Criée en janvier 2019, ce Trissotin n’a décidément pas pris une ride, et perd en alchimie scénique ce qu’il gagne en plasticité à l’écran.

À voir sur le compte du Théâtre de la Criée 

Podcast en famille

Astérix et la Zizanie

France Culture produisait, en novembre dernier, un spectacle radiophonique pour célébrer les 60 ans du plus célèbre des gaulois… Un spectacle enregistré au studio 104 et désormais accessible à tous en ligne. Dans La Zizanie, album emblématique où la calomnie de l’immonde Détritus divise le village, un joyeux désordre règne et ce chaos engendre de réjouissantes scènes de bagarre, sur fond de « guerre psychologique »… Les bruitages, la musique originale de Thomas Dalle et le casting vocal prestigieux (Rufus en narrateur, Laurent Stocker en Astérix, Guillaume Briat voix d’Obélix chez Alexandre Astier et Nicolas Vaude en Détritus) savent faire honneur aux gags indémodables de Goscinny, savamment adaptés par Cédric Aussir –également à la réalisation.

À écouter sur France Culture

PAUL et SUZANNE CANESSA
Mai 2020

Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/

Palais des Festivals
Boulevard de la Croisette
06400 Cannes
04 92 99 84 00
www.palaisdesfestivals.com